Partagez | 
 

 Embuscades et mandarines [PV Keisuke, Shiragiku et Nivel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ezekiel Fendiez
• ADMINISTRATEUR •« Mr Grey »

• ADMINISTRATEUR •
« Mr Grey »
» Messages :
60

avatar


Ven 20 Juin - 8:58
Un fin rai de lumière réveilla Ezekiel, et il se redressa lentement sur sa couchette.
Pendant une seconde, il se demanda où il était. Puis se rappela que ce n'était qu'une chambre d'auberge. Les voyages nocturnes ont cet inconvénient de ne pas laisser réellement l'esprit reposé.
Il lui fallut quelques instants pour se remémorer la raison exacte de sa venue. Il avait le très clair souvenir que c'était une requête de l'adjudant-chef Hakujou, mais pour quelle raison ? Des pirates, quelque chose à empêcher ... et enfin l'évidence lui apparût : il leur fallait interpeller un équipage récemment formé à East Blue. Deux pirates seulement, mais tout de même plus de 6 millions de berrys de prime : en clair, un duo trop prometteur pour être livré à une vulgaire prison de la Marine. Bien sûr, Ezekiel avait envie d'aider l'adjudant-chef, mais avec son organisation qui manquait un peu de personnel, il arriverait peut-être à proposer un compromis ...

Dans tous les cas, il lui faudrait le faire assez vite. L'informateur avait parlé d'un départ à l'aurore, et l'aube était déjà là. Il s'habilla cependant tranquillement, et sortit dans la paisible rue du village. Le boulanger l'aperçut, et lui lança un bonjour poli, auquel Ezekiel répondit avec la même politesse. Si possible s'éloigner des habitations, et rester le plus près du quai : un impératif qu'il leur faudrait respecter, pensa-t-il. East Blue a toujours été une mer calme, et la Marine doit veiller à conserver ce statut.
L'homme-plante s'approcha donc des navires amarrés sur le quai. Il y retrouva le navire marchand qui l'avait déposé, mais vit également à sa gauche, plus loin, un curieux voilier, à la proue étrangement pointue, et à la coque très arrondie. Etant le seul client de l'auberge, il déduit rapidement à qui appartenait l'embarcation. Tout en s'approchant, il jeta un coup d’œil à la fenêtre de la petite maison où dormaient quelques soldats, et ne vit que les rideaux tirés. Dormaient-ils encore ?

Ezekiel se retourna vers son objectif, et c'est là qu'il les vit.
D'abord, débouchant d'une rue parallèle, un jeune homme aux cheveux complètement gris, avec une casquette et une veste noire. A sa suite, un blondinet avec un grand manteau blanc. Qui se dirigeaient tous deux vers le mystérieux bateau. Les pirates. L'équipage qu'ils devaient stopper. Et il était le seul debout.
Il se retourna vers la fenêtre, et tambourina à grands coups sur le verre épais. Un soldat finit par écarter le rideau et débloquer les battants. A peine eut-il entrouvert qu'il lui demandait de réveiller son supérieur, et de préciser que les pirates n'attendaient pas. Il décida alors de ne pas attendre, et s'avança en marchant dans la direction des deux hors-la-loi. Il n'avait aucune idée de comment les retenir, il lui faudrait donc improviser.

Quand il arriva à la hauteur du navire, l'homme en noir montait à bord, tandis que l'autre semblait vérifier un itinéraire sur une vieille carte. Ezekiel s'approcha de lui, et tout en semblant m'intéresser à sa réflexion, enfonça ses racines dans le sol. Il avait la chance d'être à un endroit où le pavé s'étendait irrégulièrement, et un interstice grossier avait permis un passage. Il fit alors suivre à quelques rhizomes la direction de la mer, et remonter vers la bitte d'amarrage. Tandis que les fins filins végétaux encerclaient le cylindre pour s'accrocher à l'amarre, il s'adressa au pirate à son côté.

"C'est une bien belle embarcation que vous avez là. Parfaite pour les longs trajets, je suppose. Cette coque n'aura aucun mal à passer Reverse Mountain, si vous voulez mon avis."
La remarque ne passa pas inaperçue, et le pirate posa deux yeux bleus intrigués sur son interlocuteur. Et le pria d'expliquer ses intentions.
"A vrai dire, j'ai seulement entendu parler de vous deux. Je ne sais pas vraiment ce que vous avez fait, ou ce que vous comptez faire, mais vous m'intéressez. Pourrais-je, je ne sais pas, vous parler quelques minutes ? Je ne serai pas long, je vous le promets."

Profitant du retard de son compagnon, Ezekiel tentait de les introduire à sa cause. Mais le destin en décida autrement, car justement le retard fut rattrapé : l'adjudant-chef Shiragiku Hakujou arriva en courant, à la grande surprise du pirate encore sur terre. Ezekiel profita de cette inattention pour consolider l'emprise de ses racines, et les détacha de son pied. Leurs amarres bloquées ralentirait déjà leur départ, au moins d'une petite minute.

L'homme-plante s'avança vers l'adjudant-chef, et lui dit à voix basse : "L'autre est sur le pont. Les amarres sont entravées."
Shiragiku hocha la tête, et Ezekiel se plaça à son côté.

"Désolé d'avoir recours à la manière forte, mais vous ne quitterez pas ce quai ce matin. Nous avons quelques question à vous ..."
Un vif coup d'oeil vers son voisin lui fit comprendre que les mots étaient inutiles. L'ambiance allait très vite tourner à la rixe. Lui et le pirate face à lui se lançaient un regard noir, et le second pirate sur le pont semblait sur le point de dégainer sa lame.
Peu assuré, Ezekiel prépara sa défense : "Ramas."
Deux épaisses branches s'extirpèrent de ses bras, et s'étendirent autour de lui. Il ne connaissait pas les capacités de ses adversaires, aussi mieux valait se préparer à tout.
En espérant qu'ils ne soient pas pyrokinésistes, se dit-il enfin, juste avant que l'assaut ne commence.

HRP:
 


__________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invitéavatar


Lun 23 Juin - 18:27

L'homme-gazon,
et le sabre en bois

Notre aventure avait enfin commencée. Après l'acquisition du Lupus, nom assez mal approprié pour un navire ressemblant plus à un requin qu'à un loup, Nivel, mon bras droit, qui comme à son habitude ne laisse rien transparaître de ses émotions, et moi-même, avons commencé notre voyage sur les mers. J'étais assez heureux d'avoir enfin un bateau, car pour être honnête, la barque, aux multiples éraflures qui me servait d'embarcation, n'était pas vraiment confortable. Les nuits passées à ses côtés me martyrisaient le dos à cause de la dureté du bois et des bosses qui recouvraient son plancher. Sans oublier l'air glacial de la nuit qui venait se glisser entre mes vêtements, gelant l'extrémité de mes doigts et faisant redresser les poils de mes bras, ainsi que les jours de jeune où je n'avais rien à me mettre sous la dent. Mais tout ça était fini, je disposais maintenant d'une petite chambre d'environ dix mètres carrés, un lit douillet, une couette réchauffant mon corps ainsi qu'une cuisine et un garde-manger pour combler mes faims.

Cependant, le garde-manger en question était quasiment vide, la marine devait être en train de vider le navire. Quelques placards cachaient du riz, des pâtes aux formes variées et deux ou trois boîtes de conserves. La conclusion avait été rapide à faire, trouver une île où accoster pour remplir la réserve. Si j'avais dû me servir de mes uniques compétences de navigateur, je ne l'aurais pas trouvé avant deux trois jours, mais avec l'aide d'une carte que j'avais déniché dans un bureau, sûrement celui de l'ancien capitaine, ainsi que les compétences de navigateur de Nivel, nous n'avions pas tardé à rejoindre l'île de Konomi. Nous avions accosté au port de l'île, quelques heures avant le coucher du soleil. D'autres navires étaient amarrés à nos côtés, mais la plupart étaient ceux de marchands livrant leur cargaison et les autres de petits pirates qui faisaient leur provision tout comme nous. Pour aller plus vite et repartir dès l'aube le lendemain, j'avais demandé à Nivel d'aller faire un tour en ville, histoire d'analyser les lieux et si la chance lui souriait, trouver un peu d'argent et de nourriture. Quant à moi, j'étais resté sur le quai, vidant les cargaisons laissées sur le port et fouillant les navires abandonnés pour leur subtiliser tout ce qui pouvait nous être utiles. Vivre, berry, matériel de pêche, vêtements, tout ce qui passait sous mes mains disparaissaient aussitôt. La nuit complètement tombée, je rejoignais Nivel qui avait trouvé un lieu où passer la nuit. Une petite auberge conviviale, ne se souciant pas des personnes qu'elle logeait, dans laquelle je partageais ma chambre avec mon second.

À peine fus-je tombé dans les bras de Morphée que la lumière mandarine du lever du soleil passa à travers la vitre ainsi qu'à travers mes fines paupières et me réveilla. Le moment était venu de repartir et Nivel semblait déjà prêt alors que je venais à peine d'ouvrir mes yeux. Il était assit sur son lit, son petit carnet en cuir qu'il garde toujours avec lui entre les mains. Ma bouche s'ouvrit automatiquement dans un long bâillement caché par ma main. La gravité ne m'aida pas lorsque je voulus sortir du lit, mais je gagna ce combat après deux ou trois minutes. Je me dirigeais vers la salle de bain, me décrassant chaque recoin de mon corps. Une fois propre et habillé, ma main passa dans mes cheveux blonds pour essayer en vain de remettre de l'ordre, mais ils ne semblaient pas d'accord et préféraient s'emmêler et partir dans tous les sens. Nous quittâmes l'auberge alors que tous les autres clients semblaient encore dormir. Je ne me rappelle pas avoir laissé de l'argent sur le petit comptoir en marbre pour payer la nuit, peut-être que Nivel l'avait fait. Cela avait peu d'importance.

La mer était visible, d'un bleu marine reflétant à certains endroits la couleur du soleil levant. Ma première pensée fût de m'assurer que le navire était toujours là, et à mon grand soulagement il l'était encore. Nivel me devançait, il fût le premier à monter à bord tendis que je prenais le temps d'analyser la carte pour choisir notre prochaine destination. Il me fallut un instant pour remarquer l'individu à mes côtés, regardant par-dessus mon épaule la carte que je tenais. L'envie de voir son visage ne m'était pas survenu sur le moment, je préférais définir rapidement notre itinéraire. Cependant, il lança le dialogue et lorsque je tournai la tête, un frisson parcouru mon corps lorsque je remarquai son apparence humaine mais aux détails monstrueux. La partie droite de son corps ressemblait à du charbon alors que l'autre était d'un beige tout ce qu'il y a de plus commun. J'avais beau me concentrer je n'apercevais pas ses iris dans ses yeux d'or. Comble de tout, ses cheveux avaient l'apparence de l'herbe, courts et verts :

«C'est une bien belle embarcation que vous avez là. Parfaite pour les longs trajets, je suppose. Cette coque n'aura aucun mal à passer Reverse Mountain, si vous voulez mon avis. »
« Où veux-tu en venir ? » dis-je avec méfiance.
« A vrai dire, j'ai seulement entendu parler de vous deux. Je ne sais pas vraiment ce que vous avez fait, ou ce que vous comptez faire, mais vous m'intéressez. Pourrais-je, je ne sais pas, vous parler quelques minutes ? Je ne serai pas long, je vous le promets. »
« Sans blague ? » lui lançais-je avec un large sourire en voyant un homme courir vers nous.

Un tignasse grisâtre s'avançait rapidement vers nous, habillé d'une veste noire couverte à moitié d'une sorte de drap blanc. Le sabre en bois qui se balançait à sa ceinture me fit sourire. Je voyais mal comment on pouvait blesser quelqu'un, à part en l'assommant. Mais la tension monta d'un grand lorsque je remarquais le signe de la marine brodé sur le tissu blanc. Mon sourire disparut en un éclaire et mes yeux dégageaient un sérieux non dissimulable. L'homme-gazon, à cause de sa chevelure étrange, se plaça à côté de l'homme au sabre en bois et lui fit part de la situation :

« L'autre est sur le pont. Les amarres sont entravées. Désolé d'avoir recours à la manière forte, mais vous ne quitterez pas ce quai ce matin. Nous avons quelques question à vous ... » commença la plante humaine, mais je l'interrompis rapidement.

Je n'avais aucun doute là-dessus, il était la cause des racines qui s'étaient enroulées à la bitte d'amarrage et étendu sur le cordage pour retenir le Lupus. Et si une chose me déplaisait plus qu'une autre, c'était que l'on touche à mes affaires. Notre aventure venait tout juste de débuter qu'il me fallait déjà protéger le navire et me disputer avec la marine. Et contrairement aux simples matelots sur lesquels j'étais déjà tombé plus d'une fois, ces deux-là semblaient plus forts. Leur regard n'était pas vide, il brillait de la lueur de l'espoir et de la confiance en eux. Après avoir détourné le regard vers Nivel qui était à bord du navire, j'espérais qu'il comprendrait que la situation allait se dégrader de seconde en seconde. Et aussitôt pensé, aussitôt fait.

« Désolé je n'ai pas le temps de jouer avec vous, une prochaine fois peut-être ? »

L'homme-gazon dut sentir venir une attaque directe, il avait fait sortir des branches de ses bras pour former une protection autour de lui, cependant mon attaque ne vint pas d'en face, mais d'en dessous. J'avais fait un léger bond en arrière avant de frapper du poing le sol, ouvrant un gouffre d'une dizaine de mètres de long pour quatre ou cinq de large au plus sous leurs pieds. Mes mouvements avaient été rapides, assez rapides pour les surprendre et me permettre d'avertir Nivel du danger :

« Nivel ! Nous avons des invités, tu te joins à la partie ? »



HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Shiragiku Hakujou
• ADMINISTRATEUR • † Le Chrysanthème Blanc

• ADMINISTRATEUR •
† Le Chrysanthème Blanc
» Messages :
95

avatar


Lun 23 Juin - 22:57
Pourquoi je devrais te donner un titre ?




Donc ouais je me suis rebellé contre le titre de ce rp mais c'est normal, c'est parce que ça me prend la tête qu'on me réveille, vraiment, ça me fout de mauvaise humeur, et c'est ce qu'on a fait aujourd'hui, donc je vais me battre. Ca peut paraître con de se battre pour des détails pareils, de mettre en jeu la vie d'autrui (plus que la sienne, on connaît tous mon talent) pour des broutilles, mais c'est comme ça et par déformation professionnelle j'ai appris à toujours faire passer ça pour un petit excès de zèle qui mériterait une promotion. Je devrais peut-être prendre un peu plus mon temps au lieu de râler et commencer à vous expliquer ce qui me prend tant la tête et pourtant me motive à bouger.

J'étais dans mon lit et je me réveillais lentement, mais ce qu'il faut savoir c'est que lorsque je me réveille, il y a tout un rituel absolument intouchable. Si tu le touches, c'est à tes risques et périls. Or, mon nouveau collaborateur et mes subordonnées y ont touché ce matin. J'explicite : j'étais donc dans mon lit lorsque des voix se mirent à apparaître, des voix familières. La plus grave d'entre elles faisait la morale à mon sujet à l'un de mes subordonnées sur mon rythme de vie et les modalités de gestion de ma vie onirique. Il ne m'en fallut pas plus pour savoir qui était à la porte, Ezekiel Fendiez, le nouveau collaborateur dont je vous parlais plus tôt. (Vous allez voir, ça vous semble disparate, c'est normal, on va doucement recoller les morceaux de l'histoire ensemble...) Il faut savoir qu'Ezekiel et moi avons discrètement conclu une alliance. Bien qu'il ait une prime, mon régiment et moi-même ne l'attaquerons pas et collaborerons avec lui s'il nous mène à des pirates intéressants. Il semblait en l'occurrence qu'il ait localisé un proto-équipage encore jeune et inexpérimenté mais potentiellement dangereux et donc à éliminer. Cette affaire inter-organisation aurait évidemment dérangé le gratin de la Marine mais jusque là nous avons réussi à faire tremper le Colonel du régiment dans cette affaire puisque c'est lui-même qui m'envoie. Il semble évident qu'étant le déclencheur dans la Marine de cette alliance, plus je monterai en grade, plus Romance Works pourra jouir de l'appui de la Marine, mes promotions avantagent donc bien des collaborateurs au delà de ma personne. Et des promotions parlons en parce que si j'ai accepté de me lever après que l'on ait brisé mon rituel de réveil, c'est bien parce que le Colonel du régiment m'a promis que si je remplissais ma mission avec brio, sans gaffe et tout ça je me verrais attribué le grade de Sous-Lieutenant et disons le, devenir officier c'est plutôt cool... Mais c'était pas encore gagné.

Donc voila, tout ça en tête, je me suis dit qu'il fallait sérieusement que je me bouge et c'est ce que j'ai fait, j'ai enfilé ma tenue habituelle, une tenue traditionnelle noire avec mon drap blanc orné de vagues bleues et du motif de la Marine et je me précipita à toute vitesse dehors. Je ne portais pas encore la légendaire veste des officiers de la Marine mais la chance de la porter me souriait enfin. Ne rigolez pas, avoir 29ans et encore être Adjudant-Chef c'est rageant, et je sais très bien quels en sont les motifs, mon passif de pirate. Qui aurait cru que ce serait moi qui leur me mettrait 8 ans plus tard à leur courir après ? J'étais sorti, mon bokken était accroché à ma ceinture et ça y est, j'étais un autre homme, l'homme de la Marine, l'incarnation de la Justice, fini de râler.

Me retrouver ainsi sur l'Archipel de Konomi constituait pour moi un véritable tour de cynisme du destin. Cette même île qui, des siècles avant avait été salie par l'Arlong Park et avait vu des Colonel de la Marine, des agents de la Justice salir le nom de la Marine au nom de quelques berries... Ce n'est pas tant le fait de pactiser avec des pirates qui me dérange, j'ai moi-même été un pirate et je pense que certains sont dignes de confiance, c'est plus le fait d'oser faire une telle chose pour un autre motif que la Justice. Je ne suis pas naïf, je ne veux pas massacrer les pirates. Les forces de la Marine, les Pirates et la Révolution font partie d'une sphère que nous nous devons de tenir en tension si nous voulons continuer à préserver la domination de la Marine législativement et dans les préférences du peuple. La Justice n'est pas qu'une Justice naïve où les Marines seraient les garants d'une paix un peu illusoire, elle passe par le dialogue avec des Pirates, mais nous nous devons de les tester ces pirates.

Je savais pertinemment qu'Ezekiel ne me laisserait pas aveuglément tuer les pirates que nous allions rencontrer s'ils les intéressaient, je pense qu'avant de les tuer, j'aurais moi-même aimé sonder leur coeur, non pas pour me lier avec eux, ce serait pour le coup contre-nature, mais au moins pour savoir si je pourrais au cours de nos aventures respectives les respecter ou les traquer pour les massacrer et les enfermer. Nos modèles amiraux ont eux-même respecté de grands pirates, même le Seigneur des Pirates engagea un lien affectif tacite avec l'un des Héros de la Marine, il s'agissait aujourd'hui pour les Marines d'un cas d'école. Cas d'école pourtant souvent rejeté, cas d'école que beaucoup de Marines voyaient comme une exception sur le blanc tableau de nos forces de justice. Vous l'aurez compris, vu mon passif, je croyais encore en un tel schéma. Ce en quoi je ne croyais pas, c'était l'institution d'une politique de la crainte par des Pirates et des Marines au nom du seul argent, la Justice avait un autre sens et Pirates et Marines doivent se battre contre de telles occupations.

Perdu dans les méandres de ces pensées, j'étais enfin arrivé. Ezekiel était là, ce filou s'adressait à un blondinet, sûrement l'un des deux pirates, je me doutais qu'il me cachait quelque chose, notre alliance était encore trop fraîche pour que je lui accorde ma confiance la plus totale, mais je lui accordais tout de même le bénéfice du doute. Débraillé, les mèches en vrac, j'étais enfin à côté de mon cher nouvel ami. Il se rapprocha de moi dans cette démarche chlorophyllienne si déstabilisante. (vraiment, discutez avec une plante qui bouge et se montre insondable, vous verrez c'est vraiment perturbant, tentez de faire affaire avec maintenant...)


L'autre est sur le pont. Les amarres sont entravées.

J'hochais la tête sans dire un mot, j'avais fait assez de concessions ce matin pour mon grade et Ezekiel pour me permettre de ne pas répondre, quid de mon café ? quid de ma clope ? Et pourtant je suis bien là, j'espère simplement que cette alliance va se montrer fructueuse.

Je mettais ma main sur mon bokken lorsque j'entendais Ezekiel continuer à leur dire que nous devions les intercepter maintenant, blablabla... Ce genre de situation me permettait vraiment de me rendre compte combien j'avais l'air sérieux en condition professionnelle mais combien des répliques totalement débiles et déplacées me fusaient dans la tête. Enfin bref, malgré ça, mon sérieux n'était pas gratuit et le type face à nous avait vraiment l'air dangereux. L'art samouraï m'a toujours appris à me méfier des gringalets de son (ou de mon) genre souvent porteurs d'une souplesse dérangeante au combat.

Mais en fait là non, après qu'Ezekiel ait consolidé sa garde, le gamin face à nous créa un léger tremblement d'un coup de poing au sol, genre normal comme si de rien était. J'en plaisante mais sur le coup ça surprend... Surement un utilisateur de fruit du démon.

Alors qu'Ezekiel avait l'air de pas trop mal s'en tirer (en même temps je pouvais pas trop tourner la tête vu ma situation), j'étais littéralement à deux doigts de tomber, une seule main me permettant de tenir le sol de la terre où j'aime bien être habituellement, la terre sans trou, la terre ferme quoi.


Arf, t'es à la fois spécial et énervé toi comme garçon. Mais ce n'est ni ton impétuosité, ni ton arrogance qui vont te sauver.

Mon corps se mit alors à briller d'une lumière extrêmement intense avant de disparaître en une pluie de perles de lumières, je me rematérialisa sous la forme d'un puissant flash au sol avant de faire craquer ma nuque sans me préoccuper du sort d'Ezekiel, je doutais pas mal qu'un homme-plante puisse se laisser abattre dans un environnement si habituel pour lui que cette terme meule où il pouvait laisser grandir ses semis et tous ces machins.

Le type face à nous était en train de prévenir son collègue, ça devenait problématique. Je voulais seulement commencer par lui poser quelques questions sur ses motivations avant qu'on s'étripe amicalement... Mais je devais lui donner un petit coup de pression, je levais ma jambe gauche et la chargeait de lumière de façon à pouvoir éventuellement l'envoyer faire exploser ce qui se passait face à nous.


Alors c'est pas faux, on a tous connu des méthodes plus diplomates d'approches qu'un mec prêt à t'envoyer un laser à la gueule pour te faire taire. Mais avant de te tuer, j'aimerais te poser quelques questions : Qu'est-ce que vous foutez là ? Qu'est-ce que tu fous comme pirate ? J'ai un job à remplir alors c'est malheureux mais je vais sûrement t'éliminer, mais en même temps tuer un gamin comme ça, même pour une promotion ça me fait de la peine...

Je monologuais un peu oui ok... Mais je ne voulais pas le froisser, déjà que je le menaçais avec ma jambe. Je ne sais pas ce qu'il s'imaginait mais sans capacité spéciale mais ce n'était pas son paramecia si intriguant était-il qui allait l'aider à me toucher. Vu la puissance de son coup, il ne semblait pas disposer d'un fluide particulier, il était donc relativement inoffensif, le problème c'est que je savais qu'il était pas seul.


Nivel ! Nous avons des invités, tu te joins à la partie ?

Suite à ces mots se joignit à nous une silhouette bien plus oppressante et suscitant bien moins la compassion que l'autre pirate. En fait, il avait une gueule de fantôme, je suppose qu'il s'appelait Nivel et constituait son duo mais il avait l'air bien dangereux et leur duo semblait cette fois bien plus pouvoir nous poser problème. J'élevais d'un air menaçant un peu plus haut ma jambe gauche toujours chargée, prêt à tirer plein pôt mon laser-flash.

Je sais bien que tout ça peut vous sembler confus mais en l'état actuel des choses, je ne savais pas moi-même si je voulais plus leur parler, les arrêter ou les tuer. Je voulais ma promotion, à tout prix mais ils semblaient tellement intéressants et atypiques. Nous devions parler.


Il semble qu'on soit enfin au complet, on peut discuter un peu maintenant ou on se bat de suite ?

© AmeDeDragon alias Ryuu D. Rose Monkey


__________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nivel Wantov
• ADMINISTRATEUR •« Second des Okami  »

• ADMINISTRATEUR •
« Second des Okami »
» Messages :
146

avatar


Mar 24 Juin - 8:52
Cela faisait à peine une journée que Nivel et Keisuke naviguaient ensemble, lorsque le Lupus s'arrêta sur le port de Konomi. Nivel avait, pendant cette journée, exploré le bateau. On y trouvait pléthore de salles : bibliothèque, cuisine, chambres, observatoire … Nivel aimait tout particulièrement ce dernier lieu. Il montait souvent dans les haubans se percher en haut du mât. De là, il avait une vue imprenable sur l'océan. L'inspiration lui venait alors, et il se mettait à griffonner dans son calepin de cuir. Il redescendait ensuite sur le pont avec tout autant de facilité que lorsqu'il était monté. En haut du mât, ils avaient hissé, avec l'aide de Keisuke, l'étendard qui symboliserait leur équipage. Un tête de loup stylisée peinte en blanc sur le traditionnel fond noir, représentatif des pirates.
Nivel avait également aménagé une chambre. A la surprise de Keisuke, Nivel avait choisi une chambre à la tapisserie rose bonbon, et au mobilier assez enfantin. La raison pour laquelle une habitation de ce type se trouvait dans un bateau pirate restait obscure à ses yeux, mais l'environnement de cette pièce lui plaisait. C'était, selon lui : « Un endroit mignon. » Cette phrase était d'autant plus étrange sortant de sa bouche qu'il l'avait prononcée avec son habituel air éteint.

Les deux pirates s'étaient donc arrêtés à Konomi, pour faire le plein de vivres. Nivel était parti en ville, pendant que Keisuke restait au port. Les rues de l'île étaient bondées. Nivel pensa qu'il devait y avoir une sorte de festival ou quoi que ce soit pour qu'il y ait tant de monde. Il trouva cependant de quoi se nourrir. Dans une petite boutique, qu'il n'aurait sans doute pas aperçue si sa devanture n'avait pas été entièrement peinte en jaune poussin, il fit l'acquisition de trois gros sacs de riz, de quelques kilos de légumes en tous genres, carottes, tomates, concombres, salades, ainsi que de deux sachets pleins de sucreries. Ces dernières étaient pour sa consommation personnelle.
Une fois ses achats terminés, Nivel reparti vers le bateau, les bras chargés de provisions. Lorsqu'il arriva, il trouva le navire vide. Sans doute Keisuke était-il allé faire un tour. Il rangea donc la nourriture dans le garde-manger du vaisseau, et ressortit attendre son acolyte sur le pont.
L'air marin lui fouettait le visage. Il sentait les embruns lui emplir les narines. Cette odeur si particulière de la mer était omniprésente, le pourchassant comme on pourchasserait un gibier.

C'est alors que Keisuke rentra. Il n'expliqua pas à Nivel où il était parti. Les deux compagnons prirent une chambre dans une petite auberge, qui n'avait guère l'air de se soucier de la profession de sa clientèle. Nivel se mit en pyjama -un vêtement jaune rayé de blanc, agrémenté d'un bonnet de nuit de même couleur- et se mit au lit. Il ne tarda pas à s'endormir. Il ne tarda pas non plus à se réveiller. Il avait l'impression que son sommeil n'avait duré que quelques minutes. Pourtant, lorsqu'il ouvrit les paupières, les tout premiers rayons du soleil vinrent frapper sa rétine. Il se leva, se lava, s'habilla, et s'assit sur son lit en attendant que Keisuke se réveille. Là, il sortit de son manteau son calepin de cuir, et l'ouvrit. Stylo à la main, il commença à rédiger :

« Seigneur, écoute la justice ! 
Entends ma plainte, accueille ma prière :
mes lèvres ne mentent pas. 

De ta face, me viendra la sentence :
tes yeux verront où est le droit. 

Tu sondes mon coeur, tu me visites la nuit, 
tu m'éprouves, sans rien trouver ;
mes pensées n'ont pas franchi mes lèvres. 

Pour me conduire selon ta parole,
j'ai gardé le chemin prescrit ;
j'ai tenu mes pas sur tes traces :
jamais mon pied n'a trébuché. »

Alors qu'il inscrivait le dernier caractère de son psaume, à savoir un point, Keisuke ouvrit les yeux. Pendant qu'il se préparait, Nivel relut son œuvre. Cela sonnait bien. Il rangea son carnet dans on manteau, ainsi que son stylo, et lorsque Keisuke fut disposé, il prit ses affaires, rangées dans une petite valise noire, et descendit régler la nuit auprès de l'aubergiste. Quelques minutes plus tard, Keisuke et lui quittaient leur hôte, et rejoignaient leur bateau.

Alors que Keisuke examinait leur itinéraire sur une carte, à l'extérieur, Nivel rangea ses affaires, et prépara le bateau pour leur départ. Cependant, alors qu'il s’apprêtait à venir chercher son camarade, il le vit en compagnie de deux autres personnes, inconnues. Une fissure dans le dallage de la rue indiquait qu'il y avait eu rixte, et vue la position du pied de l'un des personnages, dont Nivel devina qu'il appartenait à la Marine ne raison du logo de l'organisation sur son vêtement blanc, Nivel déduisit que le combat allait continuer. Il entendit alors Keisuke dire :

« Nivel ! Nous avons des invités, tu te joins à la partie ? »

Nivel ne répondit rien. Il allait devoir agir vite. Les deux adversaires de Keisuke avaient l'air forts. Il préférait ne pas prendre de risque. Il se cacha là où il ne pourrait être vu, et où il serait en sécurité, à savoir dans la cale du bateau. Là, il s'assit, se cala contre des tonneaux, et murmura :

« Anima. »

Il eut alors l'impression que son esprit s'éteignait. De son corps surgit une autre image de lui, une projection astrale. La contrôlant mentalement, il la fit rejoindre le pont en vitesse, puis le groupe des combattants.

« Il semble qu'on soit enfin au complet, on peut discuter un peu maintenant ou on se bat de suite ? »

Nivel n'avait présentement aucune envie de discuter, mais il n'avait pas non plus envie de se battre. Enfin, au moins il serait protégé avec ce nouveau corps. Il préféra donc attendre que quelqu'un lance les hostilités. Pour tout de même feindre une protection, il fit sortir de son fourreau la projection de son épée.

HRP:
 


__________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel Fendiez
• ADMINISTRATEUR •« Mr Grey »

• ADMINISTRATEUR •
« Mr Grey »
» Messages :
60

avatar


Ven 4 Juil - 15:20
Pendant un court instant, une sensation étrange envahit verticalement les membres d'Ezekiel, remontant progressivement jusqu'à sa tête. Ce moment de changement intense était inhabituel, et c'était ce qui le rendait si fort. Un état particulier dans lequel on était irrémédiablement projeté, voilà ce qui aurait pu définir ces quelques secondes de stupéfaction.

Puis la raison reprit le dessus sur l'extase. Ce n'était rien de plus qu'une chute.
Le sol s'était ouvert, assez largement, sous les pieds même d'Ezekiel et Shiragiku. Resté en léger retrait derrière le dernier, le premier observa en un vif coup d’œil qu'il avait pu s'accrocher à un rebord de la faille. Il devait à cause de son retard de réflexion repousser cette alternative, et dut se résoudre à ne pas réfléchir d'avantage : il avait assez perdu d'occasions comme ça.
Se rappelant néanmoins qu'il avait étendu des branches de part et d'autre de son corps, il les prolongea rapidement vers les parois, espérant ardemment qu'elles les accueilleraient sans trop résister.
Un bruit de craquement sourd accompagna leur fixation, mais les cellules végétales tinrent bon, et Ezekiel se retrouva pendu dans le vide. Il avait malgré ses effort chuté de quelques mètres, et allait devoir trouver un bon moyen de remonter. D’un regard en l'air il vérifia que Shiragiku n'était plus dans cette fâcheuse position. Il se résolut avec dépit à employer un grotesque arsenal de techniques pour simplement atteindre le champ de bataille : expulsant des spores dans l'air à plusieurs reprises, il tenta de se constituer une sorte d'échelle de branches à partir des deux "falaises". Le résultat ressemblait bien moins à une via ferrata qu'il l'aurait voulu, mais après tout il avait d'autres visées que la simple esthétique. Détachant successivement ses bras des branches auxquelles ils étaient fixés, il s'agrippa à l'une d'entre elles, entreprit de s'y agenouiller avec difficulté, puis chercha la plus proche des branches plus élevées.

Après quelques sauts, des vertiges et un certain degré de stress, il finit par atteindre la surface. Là, une certaine tension s’était accumulée. C’était surtout la jambe étincelante de l’Adjudant-Chef qui laissait l’entendre, même si les visages affichés par les deux pirates n’en disaient pas moins.

“Il semble qu'on soit enfin au complet, on peut discuter un peu maintenant ou on se bat de suite ? demanda le soldat.
- Adjudant-chef Hakujou, serait-il possible que nous abordions le problème plus calmement ?”

Après quelques secondes de réflexion, Ezekiel comprit d’abord que sa remarque était plutôt déplacée vu qu’il venait d’être largué dans un abîme par la personne face à lui, mais aussi qu’il n’avait lui-même pas trop envie de rester calme. Les évènements lui laissaient entrevoir que sa chute n’était qu’une petite conséquence ; de plus importantes venaient à sa rencontre, et il allait surfer sur la vague d’action que leur progression poussait inexorablement devant elle.
“Bon, j’ai le sentiment que mes politesses sont complètement hors de propos. Messieurs, lança-t-il à l’équipage pirate, je ne sais pas quelles sont vos intentions, mais les miennes sont pacifiques. Je tenais réellement à établir un contact avec vous deux. Il se trouve que je suis également l’allié de cet homme, aussi votre rixe m’obligerait à me lancer également dans le combat. Et je ne le désire pas.”

Sur ces paroles qu’il trouva très surfaites, mais qui lui avaient laissé le temps de préparer enfin son premier coup, il passa à l’action. Levant un bras vers les pieds des pirates face à lui, il prononça : “Esporas.”
De nouveau, des spores se répandirent dans les airs, et se fixèrent sur la première surface solide à leur contact. Elles crûrent alors et évoluèrent en de petites formes pointues, aux extrémités surmontées de gouttes transparentes. Certaines bien sûr avaient atteint les pieds de Keisuke, et les piquants s’y retrouvèrent collés en certains endroits. Tout le sol entre eux deux était à présent adhésif.

“Rocío de Sol. Si ça doit être le moyen pour éviter une résistance plus dangereuse pour nous tous qu’autre chose …”

Ezekiel savait que sa technique présentait des failles. Qu'un pirate pouvait intervenir pour aider l'autre, notamment. Mais il se disait qu’au moins, celui qui les avait attaqué ne pourrait pas réitérer sa frappe précédente, du moins pas de la même manière : il se retrouverait autrement pris à son propre piège. Mais si Shiragiku attaquait, les drosères brûleraient et le piège deviendrait inefficace.

Il décida néanmoins d’attendre une réponse verbale de ses opposants. Ce qu’il venait de faire comptait comme un geste d’agression, ou en tout cas pouvait compter comme tel. Il espérait que ce ne serait pas le cas. Tout en se doutant que ce le serait bel et bien. Ah, que c’est dangereux de chercher à être pacifique !

HRP:
 


__________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invitéavatar


Ven 4 Juil - 21:56

Lorsque Le Geste,
l'emporte sur la raison


J'aurai dû m'en douter, un petit trou ne pouvait mettre fin à cette situation. Il était encore tôt et je n'étais pas encore complètement réveillé, j'aurais préféré éviter cette querelle et repartir en mer laissant Nivel naviguer pendant que je me prélasserai au soleil en tête-à-tête avec un casse-croûte. Mais le destin en décida autrement et mit ces deux individus sur ma route. L'homme arrivé en second remonta le premier du gouffre que j'avais créé sous leurs pieds, et tout comme-moi il avait acquit les pouvoirs d'un fruit du démon. Le nom du fruit m'échappait, cependant je reconnus le pouvoir d'un logia, plus précisément celui de la lumière. Il ne fallait pas être un génie pour en déduire cette conclusion, lorsqu'un homme réparait dans un déluge de lumière aveuglante et que sa jambe brille comme le soleil, il ne peut pas y avoir d'autre explication. Bonne nouvelle ? Pas vraiment. Face à un logia je n'avais pas la moindre chance, sauf si je réussissais à le faire tomber à l'eau ... l'espoir fait vivre.

« Alors c'est pas faux, on a tous connu des méthodes plus diplomates d'approches qu'un mec prêt à t'envoyer un laser à la gueule pour te faire taire. Mais avant de te tuer, j'aimerais te poser quelques questions : Qu'est-ce que vous foutez là ? Qu'est-ce que tu fous comme pirate ? J'ai un job à remplir alors c'est malheureux mais je vais sûrement t'éliminer, mais en même temps tuer un gamin comme ça, même pour une promotion ça me fait de la peine... » dit l'homme-lumière d'un ton que je n'appréciais pas vraiment.

Nivel me rejoint alors, toujours avec la même expression sur le visage, c'est-à-dire aucune. Sa présente me rassura légèrement, à deux nous avions peut-être une chance de nous en sortir sans trop de dommages.

« Et bien, j'espère que tu combats mieux que tu parles. Ton langage est peu évolué, je te donnerai des cours si tu veux. Sinon nous avons accosté ici seulement pour faire le plein de vivre avant de partir à l'aventure. C'est vrai, je ne comprends pas pourquoi je suis pirate, il est vrai qu'être le chien-chien du gouvernant et être sans cesse soumis à des règles et des ordres est beaucoup plus envieux. N'est-ce pas ? » dis-je en rigolant légèrement pour montrer l'ironie de mon discours.

Au même moment, l'homme-gazon remonta à son tour. Il semblait qu'il eût plus de mal quand l'autre à remonter. Il semblait assez calme malgré la chute qu'il venait de faire. Étrangement, il prit la parole et affirma qu'il aurait préféré régler le problème ''calmement'', pourtant, il me semble que c'était lui qui est lancé les hostilités en entravant le navire et en optant pour une position défensive (bien que sa réaction était plutôt judicieuse), alors lorsque je l'entendis faire le ''peace-and-love'', je ne pus m'empêcher de rigoler.

« Adjudant-chef Hakujou, serait-il possible que nous abordions le problème plus calmement ? Messieurs, je ne sais pas quelles sont vos intentions, mais les miennes sont pacifiques. Je tenais réellement à établir un contact avec vous deux. Il se trouve que je suis également l'allié de cet homme, aussi votre rixe m'obligerait à me lancer également dans le combat. Et je ne le désire pas.»
« Plus calmement ? Tu aurais dû le dire avant d'enchaîner notre navire et d'utiliser la ''manière forte'', pour te citer. »

Autant parler à un mur. Avait-il de l'herbe dans les oreilles ou je ne sais quelle autre plante ? Il lui fallut quelque instant pour répandre un liquide collant sur le sol, et par manque d'attention mes bottes s'y étaient retrouvées prisonnières. Sérieusement, est-ce qu'on colle quelqu'un au sol pour parler calmement pendant qu'un autre nous menace avec une jambe chargée de lumière. Il semblait que les paroles de la plante humaine étaient à l'opposé de ses actions. Qu'il pensait blanc et agissait noir. Je ne sais pas ce qui me mit le plus en colère, le fait qu'il s'en prenne à mon navire ou qu'il crache sa colle sur mes bottes fétiches. Dans tous les cas il venait de me déclarer la guerre.

« Encore une fois tu lances les hostilités. D'abord mon navire, ensuite mes vêtements. » La fatigue du matin s'effaça de mon visage pour ne laisser aucune émotion, seulement le regard d'un loup prêt à bondir sur sa proie. « Tu vas me le payer. »

Une soudaine adrénaline circula dans mon sang bouillonnait de colère et de l'envie de voir cette atrocité mordre la poussière. Je ne sais pas quand, ni pourquoi, mais mon corps fût contrôlé par cette haine et je me retrouvais face à face avec ce monstre après avoir effectué un bond et un déplacement à très grande vitesse, laissant mes bottes, collées au sol, derrière moi. Mon poing était déjà armé alors que mon visage inexpressif était à moins d'un mètre de celui de ma proie. Il ne me semblait pas toucher encore le sol, et bien que l'action ne dura quelques millisecondes, il me sembla planer dans les cieux. Je ne comptais pas retenir mon coup, quitte à détruire les quelques édifices derrière lui. Mon poing prit alors la direction de son visage et le temps sembla se figer avant que mon éclair sismique se déploie.


Revenir en haut Aller en bas
Shiragiku Hakujou
• ADMINISTRATEUR • † Le Chrysanthème Blanc

• ADMINISTRATEUR •
† Le Chrysanthème Blanc
» Messages :
95

avatar


Lun 7 Juil - 17:16
MAIS BORDEL T'AS VU SON POTE C'EST UN FANTÔME ?!




On aurait pu croire que j'étais le plus excité des trois mais en fait bah non... Je vous explique, on était enfin tous réunis, nous 4, regroupés en binômes prêts à se taper dessus et j'avais d'ores et déjà ouvert les hostilités une jambe explosive en l'air. Sauf que, le petit blond en face avait déjà commencé à s'exciter avec son pouvoir bizarre, son copain avait un air naturellement évocateur d'une psychopathologie avancée et mon propre collègue semblait exprimer sa schizophrénie faciale de façon plus concrète tantôt en cherchant la discussion, tantôt en défonçant le matériel de ces pauvres nouveaux pirates. Bref, désarçonné, je retirais la lumière de ma jambe et la reposait au sol tout en passant mes mains sur ma tête pour me réveiller, à la fois pour vérifier que je sois pas en train de rêver et surtout parce que je me suis quand même levé il y a peu de temps.

Je commençais à avoir les idées claires, il me fallait choper un de ces deux gamins pour les ramener au QG de la Marine, si Ezekiel veut l'autre c'est son problème, mais en l'occurrence ce dont j'ai besoin c'est d'une promotion. La question maintenant était plutôt de savoir lequel arrêter.

« Et bien, j'espère que tu combats mieux que tu parles. Ton langage est peu évolué, je te donnerai des cours si tu veux. Sinon nous avons accosté ici seulement pour faire le plein de vivre avant de partir à l'aventure. C'est vrai, je ne comprends pas pourquoi je suis pirate, il est vrai qu'être le chien-chien du gouvernant et être sans cesse soumis à des règles et des ordres est beaucoup plus envieux. N'est-ce pas ? »

- Au fond à la Marine je suis payé... pour faire la même chose que toi.

Ezekiel se mit alors à parler et à se montrer de plus en plus agressif, d'un coup dans un blanc total nous ne pûmes entendire que ces mots :

- Rocia de Sol

Ezekiel et le blondinet commençaient à se chauffer sévèrement et le petit excité ne pouvait que se sentir d'autant plus provoqué par le geste de mon collègue.

« Encore une fois tu lances les hostilités. D'abord mon navire, ensuite mes vêtements. Tu vas me le payer ! »

- En fait t'es bon qu'à t'exciter toi... Un coup sur moi, un coup sur mon copain-plante...

Sauf qu'il me força à le prendre au sérieux en ne m'écoutant pas et en se jetant sur mon coéquipier, Ezekiel ne disposait pas de ma résistance naturelle aux coups non imprégnés de haki, je devais lui donner un coup de main cette fois. Mon corps recommençait à briller et je me plaçais ainsi devant Ezekiel à 75% de distance de la position de départ du blondinet. (Il faut suivre oui) Son poing me tomba dessus et nécessairement me passa à travers mais pu au moins l'aveugler laissant une opportunité à mon coéquipier d'esquiver plus facilement son coup.

- J'espère que t'as compris comme moi qu'ils ont moyen l'air disposés à discutailler en l'occurrence...

Le copain statique du mignon excité commençait à me gaver à rester aussi frigide. Une petite boule de lumière commençait à se former en face de mon index gauche, d'un coup sec, le laser se lança.

- Bouge toi un peu beauté !

Le problème, c'est que le laser est passé à travers le mec et est par contre bien allé exploser le décor environnant derrière, qu'il s'agisse d'un bout du bateau ou d'eau, j'étais trop estomaqué pour remarquer quoique ce soit.

- AHHHH Putain mais t'es un fantôme ?

Ce type était un logia ? Non, aucun élément ne s'était manifesté lorsque j'avais tenté de lui taper dessus, c'était juste passé à travers lui comme si de rien était. Imaginez la scène, j'avais un type qui me regardait d'un air frigide avec un air de démon évangeliste et mon attaque pourtant effective ne l'atteignait pas. Je retentais un coup, puis deux, rien, ça passait toujours à travers, cette fois ci dans l'eau, je le voyais aux gouttes d'eau qui atterissaient sur le port au fur et à mesure de mes coups.

- Ezekiel... Tu crois que ce mec est un revenant ?

Je le regardais l'air livide, en pointant l'énergumène du doigt... J'avais vraiment peur.


© AmeDeDragon alias Ryuu D. Rose Monkey


__________________________________________________



Dernière édition par Shiragiku Hakujou le Mer 9 Juil - 13:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nivel Wantov
• ADMINISTRATEUR •« Second des Okami  »

• ADMINISTRATEUR •
« Second des Okami »
» Messages :
146

avatar


Mer 9 Juil - 13:46
Nivel était assez content de l'effet que produisait son corps astral. Intérieurement, il riait aux éclats. A travers les yeux de sa projection, il voyait l'air déconfit du Marine. Celui-ci se tourna vers son acolyte, et lui demanda, l'air le plus inquiet possible :

« - Ezekiel... Tu crois que ce mec est un revenant ? »

Nivel, entendant cette remarque, commença à faire avancer son image. Pas après pas, elle se rapprochait du Marine. Son visage conservait son expression aussi explicite que serait celle de la pierre. Son second corps rengaina son épée, et continua d'avancer, à pas saccadés, vers le Marine. Celui-ci, au fur et à mesure de la progression de l'image vers lui, paraissait de plus en plus craintif. A travers les yeux de sa création, Nivel voyait même une goutte de sueur perler au coin de son front. Lorsque l'apparition ne fut plus qu'à un demi-mètre du Marine, il le fit s'arrêter. Puis, de sa bouche qui n'était que pure image, il fit sortir un son unique :

« Bouh. »

Dit avec l'expression habituelle que prenait son visage, cette onomatopée devait être à mi-chemin entre l'étrange et le peu rassurant. Nivel s'attendait presque à ce que le Marine éclata en sanglots. Mais pour parfaire son effet, il fit lever la main à sa projection, puis, doucement, la plonger dans la poitrine de Shiragiku Hakujou. Celui-ci aurait pu s'évanouir, comme toute personne censée, mais non. Il resta bien conscient, mais plein de l'horreur de la situation. L'image de Nivel le traversa entièrement, se retrouvant ainsi de dos, par rapport au Marine. Il décida de prendre le combat sérieusement, maintenant. Profitant de l'effet de surprise qu'il avait provoqué, Nivel passa donc à l'action :

« De toute évidence, tu es un logia. Ton corps à la substance de la lumière. Donc, si je t'attaque, tu ne subiras pas, n'est-ce pas ? »

Au vu de la non-réaction du Marine, Nivel en conclut, ce qui l'arrangeait, plutôt qu'autre chose, qu'il avait raison. Il continua donc son monologue :

« En outre, je ne peux te toucher, à moins que je n'utilise une certaine arme. »

A ces mots, Nivel fit lever la main droit de sa projection. De celle-ci sortit un fantôme aussi noir que la plus noire des encres.

« Désolé, mais je crois avoir trouvé une faille. »

D'un claquement de doigts, il intima au fantôme l'ordre d'aller frapper le marine. En même temps, il murmura pour lui-même :

« Nigrum. »

Alors que sa petite création produisait son effet dans son dos, il profita de cette surprise pour attaquer le second. De sa main gauche, cette fois, jaillit un fantôme simple. Il l'envoya sur son ennemi d'un même claquement de doigts, en disant :

« Si tu es fait de plantes, tu dois bien brûler, non ? Vous êtes pleins de failles. Ou alors c'est simplement de la chance ... »

Alors qu'il finissait cette phrase, son second fantôme explosait au contact de l'homme gazon.

__________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel Fendiez
• ADMINISTRATEUR •« Mr Grey »

• ADMINISTRATEUR •
« Mr Grey »
» Messages :
60

avatar


Jeu 7 Aoû - 18:12
"Tu vas me le payer."

La phrase résonnait encore dans ses oreilles quand il vit le pirate bouger à une vitesse surnaturelle. En enlevant ses chaussures, il avait pu se dégager des drosères et fonçait dans sa direction, le poing prêt à frapper. Du moins, c'était l'impression d'Ezekiel, vu que la célérité de son adversaire était supérieure à ce qu’il pouvait percevoir. Il avait appris récemment qu’il était capable de maîtriser le mantra, mais ne pouvait pour le moment pas en faire un usage contrôlé. Alors qu’il s’apprêtait à encaisser tant bien que mal, un éclat de lumière s’interposa devant son regard. Dans la demi-seconde où Keisuke Omitsu traversa cette lumière, elle explosa bien plus vivement. Ce qui permit à Ezekiel de prendre un peu de recul sur sa situation, et de réagir enfin. Il décida instinctivement de se balancer sur son côté gauche.

Le coup arriva à peine plus vite qu’il ne l’avait prévu, mais fit beaucoup plus de dégâts qu’il ne l’aurait imaginé. Ezekiel n’avait malgré son réflexe pas quitté le rayon d’action de l’attaque. L’explosion le propulsa une cinquantaine de mètres en arrière, contre un mur dont il fit sans doute sauter la majorité de la peinture, et dont la surface se fissura sans pour autant se disloquer. Lui-même tomba lourdement au sol. Une vibration suraiguë secoua son oreille interne, puis évolua en un non moins désagréable bourdonnement intense.
La douleur se propagea dans son corps en quelques instants, et il sentit dans sa bouche affluer un liquide chaud, au goût vaguement familier : son sang-sève. Dans le choc, il s’était sans doute mordu la joue par inadvertance. Prend ton temps, pensa-t-il, il va t’en falloir pour te relever après un choc pareil. Deux métabolismes mêlaient leurs effets pour permettre à son organisme de se remettre, mais il lui fallait être raisonnable. Il tourna la tête vers le chaos d’où il avait surgi.

L’autre pirate avait pris part au combat. Ezekiel n’entendait pas vraiment ce que tous se disaient, mais ça semblait cingler de tous côtés. Il se positionna à genoux, puis se releva lentement. Tout en s’époussetant, il se demanda ce qu’il fichait là. Il était venu dans le vague but de trouver de nouvelles recrues, mais il allait apparemment devoir renoncer à cette idée. Alors que faire ? L’autre véritable option, en tout cas s’il voulait conserver le peu de bonnes relations qu’il avait acquis avec la Marine, était de seconder l’Adjudant-Chef Hakujou dans son arrestation. Il hésitait à prendre d’autres initiatives, alors il choisit de suivre et d’épauler son compagnon. S’avançant lentement vers les trois hommes, il s’aperçut que le second, qu’il avait cru voir provoquer des explosions et esquiver des coups en tous genres, n’avait en fait pas bougé. D’un poil. Shiragiku attaquait dans le vide, et l’autre esquivait sans cesse. Enfin si on pouvait appeler esquiver le phénomène surnaturel sur lequel il reposait ses actes : pas le moindre élément de son environnement ne semblait détenir d’emprise sur son corps. Etait-il une illusion ?
D’une manière beaucoup moins rationnelle, alors qu’il arrivait à son côté, Shiragiku lui demanda :

“Ezekiel... Tu crois que ce mec est un revenant ?
- Possible. Enfin je doute qu’il soit comme ça naturellement …”


Le pirate s’avançait à présent vers eux, avec une face plus sinistre que jamais. Réellement inquiétant. Ezekiel fit quelques pas en arrière et entoura son corps de branches, les faisant cette fois s’enrouler autour de ses membres et de son buste. Il éviterait dorénavant de parer sans défenses prévues à l’avance. Pendant ce temps, Nivel Wantov venait de traverser un Shiragiku Hakujou pétrifié.

“De toute évidence, tu es un logia. Ton corps a la substance de la lumière. Donc, si je t'attaque, tu ne subiras pas, n'est-ce pas ? En outre, je ne peux te toucher, à moins que je n'utilise une certaine arme.”

En guise de réponse à la problématique posée, une forme noire sortit du bras du pirate pour flotter à son côté. N’importe quel enfant ignare aurait su reconnaître cette forme : un spectre.

“Désolé, mais je crois avoir trouvé une faille.”

Il claqua du doigt, et le fantôme jaillit derrière lui, vers Shiragiku. Avec effroi, Ezekiel comprit d’où venait la teinte de l’attaque : Haki de l’Armement. Il interposa son bras devant sa figure quand le fantôme sembla atteindre sa cible. Mais Wantov n’en avait pas fini. Il venait de produire un nouveau fantôme, sans Haki, et l’envoya dans sa direction.

“Si tu es fait de plantes, tu dois bien brûler, non ? Vous êtes pleins de failles. Ou alors c'est simplement de la chance …”

Le fantôme arriva, et Ezekiel choisit comme défense un direct du droit. L’être transparent explosa, le renversant en arrière. Quelques centimètres en arrière. Il avait adopté la mauvaise tactique, comprit-il : l'explosion était de faible ampleur, mais produisait une chaleur bien supérieure à son estimation. Son bras noircissait et fumait, il était même probable que la combustion ait commencé. Aussi, il s'agenouilla et cassa l'écorce en frappant son bras contre le sol. Celle-ci commença à brûler tranquillement.
Décidément, cette rencontre prenait une tournure désagréable. D'abord parce qu'il ne s'attendait pas à recevoir une volée d'agressions en tout genre. Ensuite parce que son organisation en prendrait un coup en terme de popularité s'il devait arriver quoi que ce soit de fâcheux. Vraiment désagréable.

"Ne parlons pas de chance trop vite, répondit-il avec le ton un peu forcé d'une personne en colère. Et je n'apprécie pas trop la condescendance, mais je crois que je ne suis pas en position de remarquer ce genre de détails, je me trompe ?"

C'est le moment que choisirent les collègues de Shiragiku Hakujou pour débarquer. Une petite troupe de soldats, sans doute surpris par les bruits d'explosions, venaient à la rencontre des quatre hommes. En terme numérique, le combat tournait à leur avantage. Et Ezekiel choisit de mettre à profit cette information en se plaçant en observateur du champ de bataille. Il avait trop utilisé ses aptitudes, et commençait à avoir soif, aussi se ménager devenait nécessaire. Il recula donc tandis que les soldats se regroupaient en rangs derrière leur supérieur.

"Décidément, nous aurons jusqu'au bout semblé vouloir vous piéger. En tout cas, le choix ne tient qu'à vous : fuyez ou pliez-vous à nos exigences. Par là, j'entends d'une part que vous abandonniez toute résistance à l'Adjudant-Chef Hakujou ici présent, mais j'aimerais aussi savoir si vous daigneriez joindre mon organisation. Même si je me doute déjà de la réponse à cette dernière question ..."

Ezekiel était loin de trouver la situation plaisante, et regretta aussitôt la tournure employée. La situation était vraiment loin de la plaisanterie ou du sarcasme ... ou bien était-il devenu sans le savoir une sorte de criminel de bande-dessinée au rire sardonique et aux intentions malveillantes ? L'avenir le dirait ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invitéavatar


Dim 24 Aoû - 17:54

Mettre sa vie en jeu ...
pour celle de son équipage

Qu'est-ce qu'il pouvait être énervant ce marine ! Juste avant que je frappe ce monstre d'herbe, le marine était apparu dans un flash lumineux laissant mon poing transpercer son corps fait de lumière avant de m'éblouir. Sur le moment, je ne savais pas si j'avais touché l'homme-gazon ou non, cependant, le grondement de l'air qui s'était fissuré et le craquement du sol indiquaient qu'il n'était pas conseillé de prendre un tel coup de pleine face. Lorsque je retombais sur mes deux pieds, mes yeux ne s'étaient pas encore remis de cet éblouissement. Des tâches blanches encombraient ma vision transformant les formes du paysage en de vagues nappes de brouillard. Un sifflement strident résonnait dans mes oreilles camouflant la majorité des bruits au tour de moi. Je ne vous raconte pas ce sentiment d'impuissance lorsque vous perdez plusieurs de vos sens. J'ai l'impression d'être plongé dans un autre monde, complètement déconnecté de la réalité. Je n'avais plus aucun repère et le sol semblait se mouvoir sous mes pieds.

Lorsqu'une nouvelle explosion transperça le sifflement qui encombrait mon esprit, mes sens revinrent tous un par un. Je me tournais en direction de la source sonore et il me fallut un instant avant de remarquer qu'une partie du bateau venait d'être touché par une attaque. Heureusement les dégâts semblaient minimes, seul la proue avait été atteinte, cependant combien d'attaque pourra t-il encaisser avant de finir au fond de la mer. Cela serait embêtant de perdre notre navire quelques jours après l'avoir acquis. Il fallait l'éloigner du combat pour lui éviter de trop gros dommages. Et alors que j'étais en pleine analyse du bon état de notre fidèle navire, de nouvelles explosions retentir en direction du champ de bataille. Nivel semblait être passé à l'offensif, il était à quelques pas de nos deux adversaires. Le blondinet semblait se remettre d'un choc sans plus de dégât que ça, alors que la plante humaine venait de se délester d'une partie de son bras qui commençait à se faire consumer par les braises.

Croyez-moi, j'aurais aimé me rapprocher d'eux pour entendre ce qu'ils se disaient. Mais je n'arrivais pas à bouger de ma place. Pendant un instant je pensais que mes jambes refusaient de m'écouter et qu'elles préféraient rester à leur place, en retrait du combat. Il me fallut un instant pour comprendre pourquoi je ne pouvais pas bouger, et après avoir regardé attentivement le sol, je remarquais cette végétation qu'avait fait pousser l'autre monstre un peu plus tôt. J'étais collé au sol, au sens propre du terme. La peau de mes pieds nus ne faisait plus qu'un avec le sol et même avec toute la volonté du monde, je n'arrivais pas à les décoller. *Me voilà dans une belle situation* pensais-je assez déprimé par cette situation embarrassante. Et comme-ci mon handicap ne suffisait pas, un troupeau de petits hommes en bleu et blanc se mêlait à notre petite fête.

« Nivel ! » criai-je à plein poumons pour capter son attention « Il va falloir mettre les voiles sur Reverse Mountain ! Fait exploser la bite d'amarrage et monte à bord ! » lui ordonnais-je d'une voix sèche et autoritaire « Il ne faut pas qu'ils s'emparent ou abîment davantage le Lupus ! Je les retiendrais pendant ce temps. »

Il semblait avoir compris le message, cependant, je ne savais pas s'il se doutait que je ne repartirais pas avec lui sur le navire aujourd'hui. Cela me brisait le coeur de voir mon équipage fraîchement formé devoir se séparer aussitôt, cependant il fallait se rendre à l'évidence, nous n'avions pas la moindre chance face à eux. Même si on essayait de les affronter, le mangeur de logia aurait vite fait de détruire notre navire. Lorsque Nivel passa sur ma droite, je lui adressai un sourire des plus confiants. J'étais convaincu qu'il avait compris le message et que l'on se retrouverait aux pieds de Grand Line.

Je me retrouvais donc seul face à plusieurs marines et un monstre très ... bizarre. Le moment était venu de savoir jusqu'à où pouvait se déployer mon fruit du démon. Mes deux mains allongèrent leurs doigts comme pour accueillir la lumière qui se déposait dans leur paume, puis une lueur blanche les enveloppait. Après une légère hésitation, mes deux mains se plaquèrent violemment sur mon estomac, faisant vibrer tout mon être avant de me retrouver à mon tour dans une aura blanche. Mon corps vibrait en continua à une fréquence très élevée à peine remarquable. Mon sang parcourait plus rapidement mon corps et je sentais mon corps se réchauffait sous l'effet des vibrations. J'avais usé de cette technique qu'une fois dans le passé par pur curiosité, et celle-ci avait des conséquences ravageuses sur mon corps. Cependant, je pouvais gagner quelques minutes avant de tomber de fatigues ou de subir de graves séquelles.

« Si je dois donner ma vie pour sauver mon équipage je le ferais. » lançai-je aux marines.

Grâce à l'augmentation de la température de mon corps, la colle sous mes pieds s'était légèrement dissoute et me libérait de cette emprise. Je pouvais enfin me déplacer, mais je ne comptais pas fuir pour autant. Je devais protéger le navire et couvrir Nivel. Autrement dit, les deux petits soldats de la marine qui s'étaient détachés de leur troupeau pour poursuivre mon partenaire allait se souvenir, ou non, de cette journée. J'agrippais l'air d'une main comme un chat à un rideau et le déchirait rapidement. Un bloc de terre s'éleva et interrompit les deux soldats dans leur course avant que je disparaisse derrière eux. Dans cet état, j'étais d'un côté plus rapide et d'un autre plus fort. Le premier n'eus pas le temps de réagir, son visage disparut dans le creux de ma main avant que je l'écrase contre la colonne de terre, qui explosa sous l'impact, avec une force renforcée par mon fruit du démon. Le second n'eut pas le temps de pleurer sur son camarade que je l'avais attrapé de la même manière que son partenaire sauf que cette fois une aura blanche enroba sa tête et brisa sa boite crânienne le plongeant certainement dans un sommeille sûrement éternel. Lorsque le corps du second toucha le sol, un gouffre était apparu en dessous d'eux créant une séparation entre le navire et le champ de bataille.

« Aucun de vous ne passera. Laissez le partir s'il vous plaît, et je ne détruirais pas toute l'île. » leur demandai-je calmement.

Au même moment le sol s'était mis à trembler, rendant l'équilibre instable et quelques structures se déformer sans trop de dégât matériel. À mon niveau je ne pouvais pas faire beaucoup mieux et ma menace était qu'un monstrueux coup de bluff. J'étais seulement capable de créer un tremblement de terre de faible ampleur, mais eux ne le savaient pas.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Shiragiku Hakujou
• ADMINISTRATEUR • † Le Chrysanthème Blanc

• ADMINISTRATEUR •
† Le Chrysanthème Blanc
» Messages :
95

avatar


Jeu 28 Aoû - 22:44
Bon, on va quand même pas épiloguer les mecs ?


- De toute évidence, tu es un logia. Ton corps a la substance de la lumière. Donc, si je t'attaque, tu ne subiras pas, n'est-ce pas ? En outre, je ne peux te toucher, à moins que je n'utilise une certaine arme.

Quelques instants après, le type m'envoya un nouveau fantôme dans la tronche puis un second vers mon coéquipier. Ces deux là semblaient plus dangereux, au regard d'Ezekiel, j'ai compris qu'il valait mieux ne pas manger ça de point fouet, il fallait que je bouge. Je laissais mon corps s'illuminer et disparaître en une flopée de particules mais, manque de bol, ça a pas marché, une partie a commencé à partir et le reste s'est fait frappé, blessé par l'attaque de notre adversaire, je tombais légèrement sentant une brûlure au niveau du thoracique. Me relevant, je lui tirais un regard noir.

- Alors tu peux employer le Haki, ça risque d'être plus amusant, même si l'effet de surprise sera gâché pour le prochain coup.

Une troupe de soldats venaient de se ramener, ils criaient tous mon nom me voyant un peu étourdi, mais je leur fis signe de se taire.

- Vous êtes enfin là ? Venez nous prêter main forte, nous devons arrêter ces deux types, immédiatement. Vous pouvez les abattre s'ils résistent.

Je voyais mon nouveau coéquipier se placer en retrait, cette enflure comptait donc me laisser terminer le combat seul avec mon unité, intéressant. Ce combat était aussi pour moi l'occasion rêvée de voir la manière dont Romance Works, au-delà de leur discours se comportait vis-à-vis de ses collaborateurs et la façon dont ils agissaient vis-à-vis des criminels. Je me mis à me gratter la tête, comme je le fais toujours très subtilement lorsque je ne sais pas quoi faire.

Je reprenais confiance avec mes soldats à mes côtés, avec ou sans Ezekiel j'allais m'occuper d'eux. Le gringalet blond tentait de faire fuir son petit camarade pour se sacrifier, comme si j'allais le laisser faire.

- Nivel ! Il va falloir mettre les voiles sur Reverse Mountain ! Fait exploser la bite d'amarrage et monte à bord ! Il ne faut pas qu'ils s'emparent ou abîment davantage le Lupus ! Je les retiendrais pendant ce temps.

Oh vraiment ?

- Joli nom que porte votre bateau, dommage que je doive le détruire... maintenant

Je chargeais mon doigt prêt à envoyer un laser mais je voyais aussi le gringalet commencer à s'énerver et son corps commencer à changer, un peu comme s'il passait dans le mode berserker d'un mauvais shonen. Sauf que là, c'est face à moi et c'est pas un shonen, il va m'arracher la gueule si je fais rien. Le petit gars allait s'enfuir, ça c'est pas grave, l'essentiel c'est que je capture l'autre et le neutralise au plus vite. Allez, vite vite vite, on se remémore ses cours de Marine, neutraliser quelqu'un, l'arrêter tout ça... Fuuuu, tout ça pour une putain de promotion.

- Aucun de vous ne passera. Laissez le partir s'il vous plaît, et je ne détruirais pas toute l'île.

- Putain Ezekiel, comment il peut dire ça aussi calmement alors qu'il vient de dégommer deux types ? Je suis désolé mais je vais devoir employer la manière forte maintenant ma poule.

J'étais obligé de devenir sérieux, le type en face de moi était un utilisateur de fruit du démon costaud et s'il ne peut pas me toucher moi grâce à ma capacité de Logia, il peut (et est en train) de massacrer mon unité et l'île. J'enfilais ma paire de gants, ils allaient me permettre de le menotter efficacement sans me retrouver affaibli par le granit marin. La paire était dans la poche interne de ma cape, ça implique que je doive suffisament être agile pour me retrouver derrière lui, le menacer et lui envoyer les mains en arrière pour le menotter. Au pire, pour avoir fait l'expérience du granit marin, il suffit que je plaque les menottes sur lui pour qu'il se calme un peu. C'est le contact avec le corps qui est dangereux, c'est tout. Il fallait que je l'attire vers moi, me rende menaçant pour lui, ce qui est pas si évident quand un type a l'air aussi fort. Il fallait en gros que je fasse ma hyène, bref, que j'attaque son coéquipier en train de partir, il est bien trop énervé pour comprendre que c'est un piège. Courant vers l'embarcation, je le vis l'air un peu perdu.

Je ne comptais pas toucher son bateau, je trouvais en fait plutôt noble qu'un pirate se sacrifie pour son frère d'armes au nom de sa loyauté, mais il fallait que j'effraie un peu mon assaillant. Je lachais plusieurs lasers du bout de l'index en faisant exprès de tous les rater, les jetant les uns après les autres dans l'eau et alors que je le voyais s'énerver de plus en plus et jacasser à me demander d'arrêter, je me mis à placer mes mains en triangle, un flux de lumière apparaissait et passait par une vitrine à côté de laquelle nous passions, j'allais me retrouver derrière lui dans 3...2...1 : GO.

- Miroir Impérial

En une fraction de seconde, le trajet étant tracé, j'étais derrière lui. Je lui mis alors un coup de pied par derrière pour le neutraliser et le jeter à terre puis sortit rapidement mes menottes et les lui passa aux poignets.

- Désolé mon garçon, t'as l'air vachement sympa mais je dois faire mon taf, on va discuter sur le chemin t'inquiète...

Le gamin avait l'air heureux, heureux d'avoir sauvé son ami, je trouvais ça impressionnant moi, le lâche qui a tué ses frères d'armes pour devenir pirate et a son tour se faire trahir. Ma vie de pirate n'a au fond été qu'une vague succession de trahisons.

Je rejoignais Ezekiel et l'invitais à nous suivre pour la durée de l'embarcation vers Impel Down, nous avions raté une des deux cibles mais au moins, le Capitaine était à nous. D'ailleurs, n'est ce pas un peu démesuré d'envoyer un gamin à Impel Down ? Enfin moi je m'en fous, je veux juste ma promo, mais ça me conforte toujours ce genre de décisions dans ma propre décision de réformer un jour à mon tour la Justice de cet Etat. Nous avions traversé le port et étions arrivés avec Ezekiel et le gamin devant le navire de la Marine, j'invitais mon coéquipier à monter sur notre bateau, il était en sécurité dans mon unité, du moment que c'était la mienne du moins. Je trainais à côté le blondinet, l'air serein et en même temps profondément angoissé de ne pas quitter Impel Down.

- Allez, en route les copains...

© AmeDeDragon alias Ryuu D. Rose Monkey


__________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nivel Wantov
• ADMINISTRATEUR •« Second des Okami  »

• ADMINISTRATEUR •
« Second des Okami »
» Messages :
146

avatar


Ven 29 Aoû - 13:39
Nivel était plutôt perdu. Tout allait très vite, il ne savait plus où donner de quelle tête. Son attaque n'avait pas l'air d'avoir eu beaucoup d'effet sur l'homme-plante, car celui-ci avait délibérément brisé la peau semblable à de l'écorce qui recouvrait son corps.   Celle-ci fumait encore sur les pavés gris, répandant une sort de charbon noirâtre sur les pierres. La nature de cet homme était, aux yeux de Nivel, bien plus étrange que la nature de son propre "clone". D'un autre côté, Keisuke, épuisé, visiblement, tentait un dernier coup. Tout en entourant son corps d'une aura blanche, il cria à Nivel:

"Il va falloir mettre les voiles sur Reverse Mountain ! Fait exploser la bite d'amarrage et monte à bord !"

Nivel n'avait pas besoin d'en entendre plus. Il avait tout compris, dans cette seule phrase. Au-delà du sens premier, à savoir la fuite, Nivel avait entendu le douloureux écho d'un sacrifice. La mascarade devait se terminer là. Par la seule force de sa pensée, il rompit le lien qui le connectait à son corps astral, faisant disparaître celui-ci dans une brume noire. Il lança cependant, avant que son image ne disparaisse complètement, un dernier regard à son Capitaine, que celui-ci lui rendit, confiant.

Éveillé, dans son propre corps, mais épuisé, le religieux était allongé sur le pont du Lupus. Péniblement, il se releva, s'appuyant sur la rambarde de bois. Il déploya les cinq doigts de sa main droite, faisant ainsi jaillir un fantôme de sa paume. D'un claquement de doigt, celui-ci se dirigea vers le port, et explosa finalement sur la bite d'amarrage, libérant le navire, qui commençait déjà à s'éloigner. Cependant, Nivel ne comptait pas livrer ainsi son Capitaine. Il rassembla les dernières forces qui lui restaient, et tendit son bras au-dessus des eaux bleues de l'Océan. Conscient du coût de son acte, et tout aussi conscient que ce dernier pourrait bien lui coûter la vie, il emmagasina son énergie dans sa paume. Une ombre, de plus en plus nette, d'un fantôme, commença à se former. Celui-ci était bien plus grand que ses congénères. d'un diamètre d'environ quatre mètres, il promettait de faire des dégâts importants. Lorsque Nivel jugea son spectre suffisamment énorme, il le libéra, claquant des doigts.
Le fantôme se rua alors vers le port, visant tout particulièrement le Marine. Réduisant son volume à mesure qu'il approchait de sa cible, il paraissait moins menaçant. Cependant, lorsqu'il toucha les dalles, ce fut dans un vacarme infernal et un nuage de feux et fumées qu'il explosa ...

Nivel était maintenant seul, à nouveau. Il se laissa tomber contre la rambarde de bois, haletant. Cette dernière attaque ne lui avait finalement pas coûté la vie. Mais le sentiment de solitude qui l'envahissait maintenant lui faisait regretter d'être encore en vie. Il se releva péniblement, et tituba jusqu'à sa chambre. Il tomba sur son lit épais et moelleux. Dans un ultime effort, il ouvrit un tiroir, en sortit une seringue, et se la planta dans le bras. Il s'agissait-là de nutriments, rien de plus. Mais ils l'aideraient à combler le soudain manque d'énergie. Finalement, Nivel ferma les yeux, et se laissa emporte par les enchanteurs bras de Morphée. Il laissait derrière lui son Capitaine, mais c'était bien décidé à le sauver qu'il le chercherait. En fait, chercher était bien inutile ... Car Nivel savait très bien où aller. Reverse Moutain était sa prochaine destination.
Spoiler:
 


__________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

Embuscades et mandarines [PV Keisuke, Shiragiku et Nivel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gâteau aux mandarines
» L'agneau et le Loup, Entrevue Secrète [PV Karin x Keisuke : Hentaï]
» Hiruko Keisuke [en attente d'une seconde validation]
» Shiragiku Namida
» Honda Keisuke ✖ « Les amis vont et viennent, mais les ennemis s’accumulent. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Les Quatres Océans :: East Blue :: Archipel de Konomi-