Partagez | 
 

 Keisuke Omitsu, le Loup Renégat [FINIE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

Invitéavatar


Ven 6 Juin - 6:22
Keisuke Omitsu

Identité
Nom & Prénom(s): Omitsu Keisuke
Âge: 26ans
Surnom: Kei (Pour les intimes) / Le Loup Renégat (Pour les autres)
FDD/Lame:  Gura Gura no mi / Fruit du Seisme
Camp: Pirate
Race: Humain
Haki: Aucun
CODE RÈGLEMENT:OK by Akuma


Buts & Rêves
Mon but, tuer les grands noms de ce monde. Pourquoi ? Pour devenir le plus grand nom de ce monde.
Je ne chercherai pas le One Piece, comme tous ces pirates, je préférerai devenir un empereur et dirigé une partie de ce monde, être à la fois admiré et craint par des centaines voir des milliers de personnes. Et ce rêve me portera jusqu'à mon dernier souffle.


Description Physique

À quoi je ressemble ? En voilà une drôle de question. Pourquoi me le demander puisqu'il vous suffit de me regarder pour le savoir. Demandez-vous quel temps il fait lorsque vous êtes sous la pluie ? Demandez-vous à quoi ressemble cette voiture rouge sang, aux courbes extrêmement bien étudiées, que vous venez de voir passer ? Si oui, vous avez de sérieuses questions à vous poser sur votre santé mentale. Mais puisque vous y tenez temps, je n'ai pas d'autre choix de me présenter comme un jouet sur un étalage que l'on espère vendre au premier venu.
J'aurai tendance à accentuer davantage sur mes atouts que sur mes défauts, car sinon je me ferai passer pour quelqu'un de peu agréable à regarder, ce que je ne suis pas du tout. Mais en toute sincérité, je n'ai pas d'imperfection, chaque partie de mon corps représentent une forme parfaite.
Je vois le monde de mes 1m83, une taille convenable, me laissant de la marge pour passer les portes et pour ne pas me sentir inférieur aux autres. Nombreux d'hommes aimeraient faire ma taille et avoir ma corpulence de sportif de 78 kilos. Un corps parfaitement bien entretenu par l'exercice physique quotidien, mais ne dépassant pas la limite de l'excès vers « l'armoire à glace » alias « tas de muscle ». Ma peau pâle et immaculée ne possède qu'un tatouage sur la cheville droite représentant un loup en tribal. Sensible au soleil, il me faut souvent me protéger de ce dernier si je ne veux pas devenir rubis et prendre l'aspect d'un crabe. Mes longs cheveux d'or qui me tombent à la base du coup, souvent coiffés en bataille, sont ce qu'il m'est de plus précieux chez moi. Y toucher, c'est me provoquer. Parfaitement entretenus, brossés avec attention, placés avec minutions, une mèche passe devant chaque oreilles, les laissant visible et quelques autres tomber dans mon champ de vision, ne cachant jamais entièrement mes yeux bleus, et sur mon nez petit et fin surplombant ma bouche tout aussi fine. Ce visage angélique, qui pourrait laisser plus d'une fille rêveuse, est soutenu par un cou droit et aligné qui a sa base laisse apparaître le marquage des clavicules.
Quant-à mon style vestimentaire, celui-ci reste commun. Préférant les habits traditionnels aux habits modernes pour se balader tranquillement, c'est souvent dans un kimono, dont la couleur varie d'un jour à un autre, que l'on me voit lorsque je veux passer inaperçu. Sinon ma tenue à l'épreuve des combats se constitue d'un juste au corps bleu marine à manches longues caché sous un gilet vert à la fois souple et résistant. Je porte par-dessus ce gilet un manteau réversible, aux manches courtes, que je ne ferme jamais, tombant jusqu'au genou. Le premier côté est blanc et la fin du manteau, en bas, laisse apparaître des flammes rouges. Le second côté, rouge, ne possède aucun motif. Mon bas est un pantalon bleu marine près du corps, mais laissant aisément de la place pour se mouvoir sans gène. Enfin, ma tenue se termine par une simple paires de bottes noires.





Description Psychologique

L'esprit humain à bien des facettes et l'explorer entièrement prendrais des années à n'en plus savoir compter. De plus que définir la mentalité, le caractère, l'attitude de quelqu'un et les juger en tant que bien ou mal est relatif et change d'un point de vue à un autre. Et pour faire une description sans avis personnel n'est pas ce qu'il y a de facile, surtout quant-il s'agit de sa propre personnalité.
Commençons par comment je vois le monde. Chaque être vivant est unique et doit être respect avec le même respect que pour n'importe quel homme. J'apporte la même attention à une jeune fillette qu'à un petit chaton, les traites de la même manière. Patient et réfléchis, je ne juge rien de bien ou de mal sans y avoir médité avant, car cette vision des choses changent selon le regard que l'on lui porte. Est qu'une femme volant une pomme pour nourrir ses enfants est juste ou non ? La moral veut que oui, cette femme sera alors une bonne mère, la loi veut que non, cette femme sera alors une criminelle. Je ne peux pas rester indifférent devant l'injustice d'un riche marchant refusant de donner un morceau de pain au jeune garçon d'une dizaine d'années, maigre, affamé et sale, le suppliant à genou.
L'argent est source de motivation pour bon nombre d'individus, il l'était pour moi aussi à une époque. Il m'incitait à tuer, sans l'ombre d'un remord, homme riche ou pauvre, femme mariée ou veuve, enfant maltraité ou gâté. À mettre ma vie en danger pour récupérer un document confidentiel, pouvant rapporter une somme coquette à son détenteur. À protéger un homme qui gagnait son argent sur le dos d'enfants exploités comme des animaux qu'on abattait lorsqu'ils n'étaient plus bons à rien. Mais ce temps est révolu, je ne porte plus autant d'importance à ce démon d'or. Je ne me laisse plus autant acheter pour accomplir des quêtes plus ou moins juste. Mais le passé fait que je n'éprouve plus aucun sentiment devant un corps inerte, qu'il me soit familier ou non. Je n'éprouve plus de sentiments lorsque je brise les cervicales d'un élément perturbateur me cherchant des problèmes. La mort est devenue une routine.
Bien que mes mains ont été recouvertes plusieurs fois de sang, cela ne veut pas dire que je suis indigne de confiance. Ma parole est sacré et je ne reviens jamais sur mes décisions. Cependant, je porte une importance certaine aux mots. Si je ne jure pas , mot pour mot, d'être fidèle, alors il y a des chances que le lendemain, vous ne vous réveillerez pas. Au contraire, si la promesse est faite, je donnerai ma vie pour la tenir.
Parler n'est pas la chose que je préfère faire, cependant me taire non plus. Je parle rarement pour ne rien dire. Tout ce que je dis est réfléchi et précis (mis à part mes petites moqueries). Mais faut-il encore trouver quelqu'un à qui parler. Étant devenu solitaire, une carapace c'est construit, m'enfermant petit à petit dans ma bulle. Mon comportement en société est assez discret. Souvent muet ou dans un coin, loin des autres, je n'aime pas vraiment les discussions à plus de deux personnes.
En somme, je suis qu'un jeune loup solitaire.






HISTOIRE

Chapitre 1 : Au Loup !

- Les Ookami ont encore frappé monsieur le Maire. Ils ont assassiné le directeur du muséum, mais personne ne semble savoir pourquoi ... Prévenons-nous la marine ? Cela fait le 23eme meurtre ce mois-ci, et nous sommes qu'à la moitié du mois.

Le maire de l'île de Tremure, située sur les eaux de North Blue, confortablement assit dans son fauteuil en cuir, qui, sous la chaleur du soleil passant à travers la baie vitrée, lui collait à la peau, desserra le noeud de sa cravate, étouffant sous cette chaleur insupportable. Il se décolla de son fauteuil en grimaçant lorsqu'il sentit sa peau rester attachée. Ses mains fripées par le temps s'appuyèrent sur le bureau où des dizaines de plaintes concernant ces meurtres, ainsi que d'autre papier administratif, étaient étalées en pagaille. Il se leva avec peine et se dirigea vers la grande fenêtre vitrée et l'ouvrit, restant en face afin de prendre une bouffée d'air frais qui fit danser ses courts cheveux gris. Il ne prit même pas la peine de se retourner pour répondre à son secrétaire, paniqué et scandalisé par les incidents se passant dans cette ville.

- 26eme mon cher Nicolas. C'est le 26eme assassinat ce mois-ci. Mais la marine refuse de s'impliquer dans cette histoire à nouveau. Leur dernière expérience leur a laissée des séquelles. Il fallait plus d'une dizaine de sous-soldat pour mettre un terme à ce clan d'assassins. Et ne comptons pas sur eux pour envoyer la grande cavalerie. Je crains hélasse que nous ne puissions rien contre cela.

Le jeune secrétaire était abasourdit par l'indifférence de son supérieur. Il se mordit tellement fort la lèvre inférieure, que celle-ci se mit à saigner. Il cacha ses yeux gris dans ses mains comme pour sortir d'un mauvais rêves et fini par les passer dans ses cheveux blonds en bataille. La colère marqua son visage, habituellement d'une couleur pâle, en un rouge vif. Il abattit ses deux poings lourdement sur le bureau, faisant s'envoler la paperasse s'y trouvant avant de retrouver son calme et son sérieux habituel.

- Très bien, si vous refusez d'agir, je le ferai alors. Avec ou sans votre accord ! Je supplierai la marine de les arrêter, et s'il refuse de m'écouter, j'appellerais des chasseurs de primes ou des pirates s'il le faut. Bonne journée.

Il tourna les talons pour se diriger vers la porte de sortie sans attendre de réplique de son supérieur. Sa démarche était énergique et laisser planer une colère palpable dans la pièce. La porte s'ouvrit dans un petit grincement, faisant s'élever dans un courant d'air les documents se trouvant au sol, et le peu de feuilles qui se trouvaient encore sur le bureau, tombèrent à leur tour lorsque la porte claqua derrière le jeune homme.
Soupirant de fatigue, le maire referma la fenêtre avec délicatesse et commença à réunir les papiers au sol.
''Meutre'', ''Assassin'', ''Kidnapping'', ces mots apparaissaient plusieurs fois dans l'ensemble des papiers qu'il ramassait. Une main, caché d'un gant de velours noir, tendis une pile de papiers au vieil homme qui avait de la peine à se baisser à cause de ses rhumatismes au dos. Il leva le regard pour voir son interlocuteur et laissa un petit rire mesquin sortir de sa gorge.

- Ahah, c'est mon tour maintenant c'est ça ? Puis-je savoir qui souhaite me tuer avant de mourir ?

Un homme, d'une quarantaine d'année d'après le peu de marques du temps sur son visage. Il portait un long kimono blanc avec un bas noir. Ses longs cheveux blonds formaient comme une couronne sur le devant de son crâne, sous laquelle ses cheveux tombait jusqu'au milieu du dos. Ses pieds nues interpellèrent le regard du vieil homme, notamment sa cheville droite où était tatoué le visage d'un loup en tribal.
L'individu continua de ramasser les papiers laissant planer un léger malaise avant de s'exprimer.

- Je ne suis pas là pour vous tuer, dit l'homme calmement. Vous savez autant que moi que la marine ne se déplacera pas, que des chasseurs de primes ne se dérangeront pas pour une bande d'assassin n'ayant aucune somme sur leurs têtes, et que des pirates pourraient mettre la ville à feu et à sang en plus de vous voler toute votre fortune. Vous voyez où je veux en venir ?

Le regard d'azur de l'homme s'était bloqué dans celui du vieil homme déstabilisé. Le maire resta à quatre pattes, honteux des mots qu'il allait sortir de sa propre bouche. Il ravala sa salive, à moins que cela fût de la bile vu le goût écoeurant qui lui resta à la gorge. Mais l'homme ne pouvait pas le nier, il y avait pensé, et mieux valait la perte d'un homme trop bon et inconscient que celle de centaines d'innocents.

- Tuez Nicolas Farenzo, mon secrétaire. Je vous paierais la somme que vous souhaitez. Il ne faut pas que des pirates débarquent sur cette île ! Nicolas habite ...

L'assassin posa un doigt ganté sur la bouche du vieil homme, et lui adressa un large sourire qui laissa apparaître des rides aux coins de ses yeux. Il retira son doigt de la bouche du maire, s'approcha de son oreille et lui murmura doucement quelques mots.

- Nous savons où il habite, demain, dans les nouvelles du journal de la ville, vous verrez son nom apparaître dans la rubrique nécrologique. Mon ami l'attend déjà chez lui.

Sur ces derniers mots, l'assassin se redressa et quitta la pièce par la fenêtre, adressant un salut à monsieur le maire, qui la referma derrière son invité surprise.



Chapitre 2 : La Naissance D'Un Louveteau


La nuit tomba et le matin se leva aussitôt. Un journal posé sur une table basse près d'un thé à la menthe verte encore chaud, laissant un serpent de vapeur s'en dégager. Un homme blond aux longs cheveux en bataille venant tout juste de sortir de son sommeil se dirigea vers la table ou le petit déjeuner l'attendait ainsi qu'une vielle dame à la carrure tassée et aux cheveux blanchâtres.

- Akito, comment c'est passé ton entretien avec monsieur le maire hier ? On dirait que Eita à accomplit sa tâche avec succès.

La vielle femme souriante aux visages ridés, comme le reste de son corps, montra d'un hochement de tête le journal ouvert à la rubrique nécrologique. L'homme passa un rapide regard dessus avant de bailler montrant ses dents blanches.

- Bah rien de spécial Ma', il a demandé à ce qu'on tue son secrétaire, mais bon, je t'apprends rien.

Le visage de la vielle femme se durcit en une colère maternelle. Elle attrapa une cuillère en bois et d'un vif mouvement la lança sur son fils qui la reçue en pleine figure.

- Quand vas-tu arrêter avec tes ''Ma' '', tu as 42 ans, une femme et une fille et bientôt un autre enfant. Pourtant, tu te comportes toujours comme un ...

La vielle dame n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'une avalanche de coup de poing tombèrent sur la porte, accompagner de hurlements graves.

- Akito ! Vite Akito ! Elle va accoucher !

Akito s'étouffa avec son thé et manqua de peu de se le renverser dessus. Il déposa sa tasse sur la table basse et se précipita à la porte complètement désorienté. L'arrivée de l'enfant n'était pas programmée avant deux mois au moins. Mais le destin avait voulu que cela se fasse autrement. Akito enchaîna des phrases incompréhensibles à une vitesse ahurissante avant de se précipiter, attraper un manteau et partir pieds nus dans l'herbe mouillée par la rosée du matin de la forêt. Le village de ce clan était caché au milieu de la forêt et s'étendait sur deux kilomètres seulement. On comptait une soixantaine d'habitants, si ce n'est moins. Et chacun d'entre eux, homme ou femme, était des assassins confirmés, à la retraire ou en apprentissage. Mais tous avaient le même destin, devenir assassin et continuer à honorer leur clan.
Akito en fonça la porte dans laquelle se trouvait sa tendre aimée. Le bruit de la porte claquant fit sursauté le médecin du village qui jeta un regard meurtrier à Akito. Mais voilà, l'enfant était déjà dans les bras de sa mère.

- Mes félicitations Akito, c'est un garçon !

Le vieux médecin fixa le père désorienté et heureux à la fois. Akito s'approcha du nouveau né qui était entouré par sa femme et sa fille de sept ans. Il caressa du bout du doigt le visage pâle et fragile du petit garçon, traçant des lettres invisibles sur la joue de l'enfant, et avec un sourire aux lèvres lui donna son nom.

- Tu répondras au prénom de Keisuke et portera avec dignité ton nom, Omitsu, celui de notre famille.

L'enfant ressemblait comme deux gouttes d'eau à son père. Sa peau était d'un blanc immaculé, les traits de son visage étaient fins. La couleur azur de ses yeux se rapprochait de celle de son père. La seule différence était la disposition de leur cheveux. Ceux d'Akito avaient tendance à tomber raid alors que ceux du jeune louveteau étaient naturellement en pagaille.
La meute accueillit avec la plus grande des joies ce nouveau louveteau prédestiné à devenir un redoutable chasseur assoiffé de sang et d'argent.



Chapitre 3 : La cérémonie du loup


- C'est bon Keisuke, t'as gagné. J'abandonne.

Cela faisait une victoire de plus pour le louveteau. Encore une fois il avait forcé son ami Bunta à abandonner le combat en le faisant tomber genoux à terre et paralysant son bras au risque de lui casser s'il tentait de se dégager.
Seize ans se sont écoulés et le louveteau à bien grandit. Il a passé son enfance comme n'importe quelle enfant, ou presque. Il se levait le matin vers sept heure, déjeunait avec sa mère toujours autant en forme et le chouchoutant jamais assez, sa soeur, qui était devenue une belle femme dont plusieurs garçons voulaient sa main et qui eurent pas mal de surprises, et avec son père dont le temps l'avait affaiblit et qui était atteint de souffle au coeur à un stade avancé. Il lui était de plus en plus difficile de mener des missions à bien. Lui et son fils passait de long moment ensemble. Cela était d'autant plus normal puisqu'il devait entraîner son fils à devenir un vrai assassin. Et l'enfant apprenait vite, même trop vite. Il copiait chacun des gestes de son père et se les réappropriait, les corrigeant même parfois. Son père eu vite fait de ne plus rien pouvoir apprendre à son fils, à l'âge de quatorze ans le jeune louveteau l'égalait déjà, et à quinze le surpassait.
Il allait à l'école et suivait les cours tant bien que mal, écoutant vaguement ce qu'on lui racontait, néanmoins ses résultats étaient toujours satisfaisant, ce qui faisait la joie de ses professeurs et de sa mère. Après les cours, il retrouvait Bunta, son ami de toujours avec qui il parlait de tout et de rien.

- Kei, je peux te confier un secret ?

Le jeune Bunta était devenu rouge écarlate et fuyait le regard de son ami, il arrachait frénétiquement les brins d'herbes. Il se grattait le long du bras comme-ci une armée de fourmis l'avait attaquée, puis passa une main dans ses cheveux noirs et courts avant de reprendre la voix tremblement sans même que Keisuke ait le temps de répondre.

- Tu sais que demain c'est la cérémonie, nous allons devenir des assassins confirmés. Et en plus de devenir assassin, on pourra se trouver ... une femme.

Le jeune louveteau ne savait pas vraiment où voulait en venir Bunta. Il connaissait déjà la cérémonie du loup. Elle avait lieu à seize ans, pendant le premier jour d'automne. Elle transformait les enfants en adultes à part entière. Ils pouvaient, après cette cérémonie, prendre part aux missions d'assassinat et donc gagner de l'argent. Se trouver un logement au sein du clan ainsi qu'une femme à épouser.

- Où veux-tu en venir ? dis Keisuke indifféremment.

Bunta ravala rapidement sa salive.

- Je veux épouser Anna, ta soeur.

La colère monta en un instant en Keisuke qui grinça des dents en se jetant sur le jeune amoureux. Son poing droit s'abattit sur le visage délicat de son ami avant que le gauche le fasse en premier.

- Tu connais le rituel d'un mariage Bunta ! Si tu veux épouser ma soeur tu devras tuer mon père avant ! Et tu sais très bien qu'il n'a plus la force de se battre ! Je t'interdis de demander ma soeur en mariage ! Si tu le fais je te tuerai de mes propres mains !

La tradition de la meute était ainsi, pour avoir la main d'une femme, il fallait d'abord tuer son père dans un combat singulier devant tout le village. Tout le monde trouvait cela normal, mais pas Keisuke. Il ne pouvait se résigner à voir son père mourir devant ses yeux. Son père était son modèle, celui qui comptait plus que tout à ses yeux.

- Je connais la tradition ! Et tu ne m'en empêcheras pas !

- Alors je te tuerai avant !

Les deux amis devenaient alors ennemis et ils se quittèrent sans même se retourner l'un vers l'autre. Des éclaires meurtriers se faisant sentir dans l'air à un point qu'il était difficile de respirer en leur présence. La rivalité amicale entre les eux deux avait explosé en haine meurtrière sans égale, et ceci était palpable même à la cérémonie. Il y avait une huit enfants, disposer en cercle au tour d'un autel. Tout le village était présent. Personne ne voulait manquer cette cérémonie. L'ambiance avait sa place en ce moment, la fête durait toute la nuit avec boisson et nourriture à volonté. Des divertissements étaient proposés et les jeunes assassins devaient s'affronter dans un tournoi amical.
Des hommes vêtus de noir des pieds à la tête, dont même le visage était invisible, se rapprochèrent des enfants. L'odeur de l'encre de Chine les accompagnes et c'est lorsque l'aiguille transperça la peau du jeune louveteau que cette odeur lui monta au coeur en même temps que la douleur. L'envie de crier était à peine supportable, mais il ne pouvait pas se le permettre devant temps de spectateur. Le loup en noir et blanc se dessina petit à petit sur le corps du jeune loup. Et une fois cela terminée, la fête commença.

- Très bien ! Passons maintenant au divertissement. Voici le déroulement du tournoi :
Poule 1 : Combat 1 : Raiku contre Komina. Combat 2 : Keisuke contre Javanna
Poule 2 : Combat 1 : Bunta contre Ginjo. Combat 2 : Chamie contre Eirin.
Bonne chance à vous ! Et que le meilleur gagne !


Le premier combat commença, et tout le monde connaissait déjà l'issue du combat. Komina était la fille d'un des plus grands assassins du clan, elle était très douée en combat rapproché. Ses coups étaient rapides et puissants. La force quelle dévoilait pour une fille était impressionnante, nul ne souhaitait se prendre l'un de ses redoutables coups de pieds. L'adversaire du jeune loup était une fille assez frêle et de petite taille. Elle se battait à l'aide de dague en bois et semblait extrêmement habille avec. Elle se lança sur le jeune loup avec une vivacité impressionnante, mais cela ne semblait pas assez pour effrayer le jeune loup. Lorsqu'elle frappa à l'aide de ses dagues, le jeune Keisuke fit un pas sur le côté et attrapa le poignet de la jeune fille avant de frapper rapidement sur l'articulation du coude, faisant lâcher la dague qu'elle tenait. Il la récupérera rapidement et passa le bras qu'il tenait dans le dos de la fille et passa la dague en bois sous la gorge de la jeune fille. Le combat avait duré moins de trente secondes. Le combat éclair était la spécialisation du jeune loup, il venait d'en faire la preuve. Le tour de Bunta arriva, et lui qui était connu pour sa maladresse et son côté plus stratégique que combattant bluffa tout le public lorsqu'il terrassa son adversaire en un seul coup de poing dans l'estomac. Il avait préalablement analysé son adversaire et avait visé avec précision et puissance un point vital qui avait coupé le souffle à son adversaire. Le dernier combat opposait deux filles qui ne pouvaient pas se supporter. Elles souhaitaient toutes les deux les mêmes choses et se battait pour les avoir en permanence. Mais c'est Eirin qui remporta le combat après plusieurs dizaines de minutes de coups, tirages de cheveux et morsures. La demi-finale allait commencer et Keisuke affronta alors la talentueuse Komina. La cloche sonna et aucun des deux combattants ne bougea, ils se regardèrent, tournèrent au tour du ring comme de chien prêt à se sauter à la gorge. C'est Komina qui engagea par un coup de pied visant le visage du jeune loup, il réussit à le bloquer, mais la puissance du coup le poussa à terre. Komina voulut enchaîner avec un nouveau coup de pied alors que Keisuke était au sol, mais lorsqu'elle eut levé sa jambe, Keisuke frappa la seule jambe qui la gardait encore en équilibre. Elle tomba à son tour au sol alors que le jeune loup se releva d'un bond, mit un pied de chaque côté de la tête de la jeune fille. Une simple rotation lui aurait brisée la nuque. Bunta commença alors son combat contre Eirin, et il la mit hors combat de la même manière qu'il l'avait fait précédemment. La finale commença alors, Keisuke contre Bunta. Une atmosphère pesante s'installa et les mêmes les spectateurs la ressentir. La rage de Keisuke le fit réagir en premier et il frappa Bunta au visage puis au ventre dans un enchaînement extrêmement rapide. Mais Bunta connaissait bien le style de Keisuke et le point faible de celui-ci était la puissance de ces coups. Bunta encaissa alors les coups et riposta d'un coup de poing dans l'abdomen. Keisuke tomba à genoux au sol, ayant du mal à respirer. Il esquiva de justesse le second coup de Bunta ainsi que le troisième. Et lorsque le quatrième arriva, il lui attrapa le bras et d'un mouvement rapide lui bloqua le membre dans le dos et commença à forcer. Le visage de Bunta se crispa de douleur et de peur. Il suffisait d'un instant de plus pour que son bras finisse en morceau, mais Keisuke lâcha prise lorsque l'arbitre le désigna vainqueur.



Chapitre 4 : La chasse au loup est ouverte


Dix ans se sont écoulés, le père du jeune loup avait rendu l'âme il y a deux ans, ce qui faisait de Keisuke le protecteur de sa soeur si elle venait à se marier. Bunta semble avoir renoncé à son désir de mariage. Il faut dire que l'avertissement lors du tournoi lui avait laissé des sueurs froides. Sa relation, avec notre jeune loup, était toujours tendue, les deux jeunes gens ne se parlaient plus, s'esquivaient, n'existaient quasiment plus l'un pour l'autre. Ils leur arrivaient de travailler et parler ensemble pendant une mission, cependant cela restait purement professionnel. Ensemble ils accomplissaient n'importe quelle mission qu'on leur proposait. Cela était assez courent de les voir revenir couvert de sang qui ne leur appartenait pas, traînant un corps inerte derrière eux. Très vite ils furent reconnus comme d'excellent assassins et furent envoyés sur les missions les plus risquées. Mission qui un jour, causa malheur au jeune loup.
La nuit était déjà tombée, mais la lueur de la pleine lune éclairait le feuillage des arbres de la forêt. On pouvait apercevoir au loin les lumières de la ville qui ressemblaient à des lucioles immobiles. Keisuke tenait un morceau de papier dans sa main droite, une demande de kidnapping ainsi que récupérer un « bien précieux » d'après l'annonce. Il y avait peu d'informations sur cette mission, les seules donnés étaient un lieu approximatif « le long du port », une personne inconnue « vêtue d'un manteau blanc » et d'une cargaison au contenu mystérieux « une boite en argent ». La mission consistait à ramener l'individu vivant ainsi que le contenu de la boite intacte. Tout cela pour éviter l'échange de cette boite. Mais le document ne précisait ni l'heure, ni le nombre d'ennemis potentiels.
Heureusement le port n'était pas bien grand, et être deux suffisait pour le surveiller entièrement depuis les toits. Le jeune loup était percher sur le toit d'un entrepôt. Il attendait avec prudence un éventuel mouvement au sol où Bunta, fouillait de fond en comble le port afin de trouver un quelconque indice.
Une silhouette, assez grande mais fine, apparue au bout du quai. Bunta continuai à chercher tendit que Keisuke tentait de le prévenir de l'arrivée d'un intrus en lui faisant de grands signes. Bunta remarqua l'intrus et se cacha derrière une pile de caisses. Au fur et à mesure que l'intrus se rapprochait, la silhouette s'éclaircit sous la lumière artificielle d'un lampadaire. Il s'agissait d'un jeune homme de l'âge de nos deux assassins placés en embuscade. Cependant, il ne s'agissait pas de la cible, il portait une simple veste en jeans ainsi qu'un pantalon noir. Il était facile de le garder en vue grâce à ses cheveux blonds qui brillaient dans la nuit. Il s'arrêta près d'une barque recouverte d'une bâche en plastique qu'il souleva. Il fouilla à l'intérieur de celle-ci et après s'être assuré que personne ne le surveillait, il en sortie une boite en argent. Un sifflement brisa le silence nocturne et Keisuke se mit à sauter de toit en toit afin de rattraper la cible qui s'était mis à courir dans la direction opposée. Le loup eu vite fait de le rattraper grâce aux différents raccourcis qu'offraient les déplacements par les toits. Il sauta de son toit pour couper la route au jeune homme en tendant la main vers lui.

- Donne-moi cette boite s'il te plaît, j'aimerais éviter de tâcher ma veste avec ton sang.

Au même moment, Bunta arriva dans le dos du jeune homme qui se retrouvait prit au piège. Le quai n'offrait aucune échappatoire, tout en long, des dizaines d'entrepôts étaient placés parallèlement le long du quai et en face se trouvait une étendue d'eau glaciale pendant la nuit. Au risque qu'il se noie ou meurt d'une hypothermie, il ne pouvait pas échapper aux deux traqueurs. Le jeune homme était complètement désemparé, il cherchait une aide autour de lui mais n'en trouvait pas.

- Ne me faites pas de mal s'il vous plaît ! On m'a demandé de récupérer cette boite et de la remettre à ...

Un bruit métallique résonna sur le quai, suivi d'autres. Les portes des entrepôts s'ouvraient une à une laissant des dizaines de pirates en sortir à chaque fois. Tous armés jusqu'aux dents, ils ne semblaient pas surpris de la venue de nos deux jeunes assassins. En moins de deux minutes, leur nombre atteignait au moins la trentaine et ils eurent vite d'entourer nos deux assassins ainsi que le jeune homme qui ne semblait pas comprendre ce qu'il se passait. L'un des pirates sortit du cercle pour se rapprocher du centre. Il portait un sabre à la ceinture qu'il était prêt à dégainer en un instant vu qu'il ne lâcha pas la garde un seul instant.

- Eheh bien, Monsieur le Maire voit les choses en grand. Il nous demande d'éliminer de minables assassins et en échange nous offre de l'argent ainsi que le Gura Gura no mi.

Tout cela était donc organisé par le maire de la ville. Il semblerait que ce dernier est enfin décidé d'agir et de ne plus laisser ses habitants mourir un à un. Mais la présence d'un fruit du démon changea la donne. Il n'était pas question que ces pirates ou cet enfant reparte avec, il devait être rapporté à la meute au plus vite. La meute prohibait que l'un de ses membres se soumette à ces fruits impurs et punissait sévèrement ceux qui y gouttaient. Mais la possession de l'un de ses fruits leur permettait de faire de grosses affaires et rapportait beaucoup d'honneur à celui qui le rapportait.

- Bunta ! cria Keisuke

Il n'y avait pas besoin de plus de mots pour que le message soit clair. Bunta sauta en un instant sur le toit de l'entrepôt attirant tous les regards sur lui. Pendant le peu de temps où toute attention était retirée de Keisuke, celui-ci courra vers le jeune homme, plaça une main sur chaque joue du jeune homme et s'excusa dans un murmure avant de lui briser la nuque, le tuant sur le coup. Les yeux du jeune innocent s'étaient pétrifiés de terreur lorsque son corps tomba lourdement au sol. L'assassin récupéra la boite avant que les regards ne se pose sur lui et sauta à son tour sur les toits. La colère pouvait se voir dans les yeux du capitaine qui criait après ses hommes de poursuivre les deux voleurs. Les pas des pirates ressemblaient à des tambours et réveillèrent la ville entière. Les pirates poursuivaient sans relâche les deux assassins qui s'engagèrent dans la forêt. Mais Keisuke remarqua l'erreur qu'ils étaient sur le point de commettre. Il ne fallait en aucun cas que les pirates arrivent aux villages. Keisuke s'arrêta alors que Bunta était déjà loin devant. Le nombre de pirates semblaient avoir doublé en chemin et le village des loups ne se relèverait pas s'ils venaient à le trouver.

- Je ne laisserai aucun de vous passer, je préfère la mort et le déshonneur que le massacre de mon village.

Le jeune loup fit tombé la boite en argent, vide, et tenait entre ses doigts le fruit en forme de pomme jaune aux motifs mystiques. Le Gura gura no mi était connu, notamment grâce à l'un de ses utilisateurs il y a plus de cent ans, Edward Newgate alias Barbe Blanche. Ce fruit était extrêmement puissant et dangereux.


Chapitre 5 : Le sacrifice de l'honneur pour la survie de la meute



Les doigts de Keisuke tremblaient devant ce fruit. Il hésita un instant, mais après avoir regardé le nombre de pirates qui lui faisaient face, il ne trouva pas d'autre solution que porter ce fruit à sa bouche et croquer à pleine dents dedans. Le goût bien trop amer écoeura le jeune loup qui faillit recracher le fruit, mais il l'avala gardant ce goût atroce en bouche. Les secondes passèrent et rien ne ce passa, était-ce vraiment un fruit du démon ? C'est ce que ce demanda Keisuke ainsi que le pirate en face de lui.

- On s'est fait avoir ! Ce n'était qu'un simple fruit ! Tuer les tous ! Lui, sa bande et ce village !

Une nuée de pirate courut vers le jeune loup déstabilisé. Il ne savait plus quoi faire, la peur, la colère, la confusion, et bien d'autres sentiments prirent place dans son esprit embrumé. C'est la colère qui prit le dessus sur les autres et lorsqu'une vague d'énergie écrasante parut ses veines, qu'il retrouva en un rien de temps de l'énergie dont la source lui était inconnue. Cette énergie lui brisait le corps et l'esprit comme si on écrasait ses os de l'intérieur. Il tomba au sol sous la douleur et comme fou tapa des deux poings sur le sol qui se fissura en un gouffre sans fin dans lequel tombèrent un bon nombre de pirates. Le surplus d'énergie semblait être partie alors que Keisuke n'avait aucune idée de ce qu'il venait de faire. Il resta figé sur ses mains, se posant un nombre infini de questions. Il se releva avec difficulté. Les arbres semblaient tournés dans tous les sens, le sol se mouvait de haut en bas et faisait tituber le jeune loup qui avait du mal à garder son équilibre, le visage des pirates se déformait en monstres hideux et des tâches noires troublaient la vision du jeune loup. Les pirates n'osaient plus s'approcher de peur de subir le même sort que leur camarade ce qui laissa le temps au jeune loup de reprendre ses esprits.

- Je ne le répéterais pas une fois de plus, vous ne passerez pas. Quittez cette île, maintenant.

Parler à un mur aurait procuré le même effet. Leur capitaine était fou de rage de voir son précieux fruit mangé par quelqu'un d'autre que lui. Il ordonna une nouvelle fois à sa troupe d'attaquer. Le jeune loup essaya une nouvelle fois d'user de son pouvoir, mais cela ne sembla pas si facile puisque rien ne se passa. Des sabres, des revolvers, quelques haches et d'autres armes étaient braquées sur lui.

- On dirait que cela n'est pas si facile d'apprivoiser un tel ...

Les yeux dilatés, la bouche béante et du sang giclant de la gorge du capitaine qui n'avait pas eu le temps de comprendre ce qu'il venait de lui arriver. Une silhouette était sortie de nulle part, armée de deux canifs. Et le temps que le corps du capitaine touche le sol, une nuée noire d'assassins tombèrent du ciel mettant fin à l'invasion de pirates. Le bourdon d'une radio rompit le silence et d'après la corpulence fine et les courbes généreuses, c'est une femme dont le visage était caché par une capuche ainsi que par l'obscurité de la forêt qui répondit au signal.

- Cibles éliminés. Membre Keisuke Omitsu récupéré. Nous rentrons.

- Bien reçu, répondit la femme à travers la radio.

La radio s'éteignit dans un petit bruit sourd et l'homme retira sa capuche avant de se retourner vers Keisuke. Il s'agissait de Javanna, celle qui avait combattu notre jeune loup lors du tournoi de la cérémonie du loup. Elle avait bien grandie et était devenu une belle femme chargée des missions de sauvetage. À ses côtés se trouvait Bunta, qui était retourné au village prévenant de l'arrivée de pirates ainsi que de la disparition du jeune loup.

- Tout le monde, on rentre.

Tous les assassins commencèrent à disparaître dans la nuit laissant un tas de cadavre gisant sur le sol. Avant que Keisuke ne rentre aussi, Javanna l'interpella.

- Keisuke, j'ai vu ce que tu as fait. Tu as mangé ce fruit du démon. Tu n'as plus rien à faire au sein du clan. En succombant au démon tu es devenu un renégat. Disparais et ne reviens jamais sur cette île, ou alors on te tuera. Tu as jusqu'au lever du soleil pour avoir quitté les lieux.

Sans un mot, sans un signe, sans un dernier regard, le loup renégat tourna le dos à son interlocuteur et disparut dans la forêt noire. Il connaissait les lois de son clan, et il s'estimait chanceux que Javanna ne l'ai pas tué sur-le-champ. Elle aurait pu le faire, elle aurait même dû le faire. Il y avait assez de témoins pour prouver que le loup renégat avait bien enfreint l'une des lois. Mais elle ne l'avait pas fait, elle lui avait laissée une chance de devenir quelqu'un d'autre. Elle lui avait donnée le droit d'être libre et de devenir ce qu'il souhaitait. Le droit de faire ce qu'il lui semblait sans être obligé de respecter des lois. Le droit de vivre de ses propres ailes. Il se dirigea alors vers le port, décrocha la première barque qu'il trouva et quitta sa terre natale pour vivre sa vie de loup renégat.



Derrière l'écran
Prénom: Flavien
Âge: 17 ans
Avatar (feat.): Namikaze Minato / Naruto
Comment as-tu connu le forum ? Ancien membre de One Piece Sanctuary
Une question ? Aucune pour le moment

© One Piece Apocalypse



Dernière édition par Keisuke Omitsu le Lun 9 Juin - 21:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Akuma Shinda
• FONDATEUR •« Second des Freedom Dragon »

• FONDATEUR •
« Second des Freedom Dragon »
» Messages :
115

avatar


Ven 6 Juin - 6:31
Coucou Keisuke, petite question, tu étais qui sur Sanctuary ?

UP ta présentation quand tu auras finis pour que le staff valide ou non.

__________________________________________________



Merci Ryuu D. Rose Monkey Very Happy:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onepiece-apocalypse.forumactif.org
Invité

Invitéavatar


Lun 9 Juin - 18:04
Coucou, moi c'était Riki Kazuki.

D'accord ^^.

EDIT: Ma présentation est terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Shiragiku Hakujou
• ADMINISTRATEUR • † Le Chrysanthème Blanc

• ADMINISTRATEUR •
† Le Chrysanthème Blanc
» Messages :
95

avatar


Lun 9 Juin - 21:45
Salut,

   
QUALITÉ :

   Clairement un très bon travail. Sûrement l'un des meilleurs que je lis depuis les quelques présentations qui ont pu circuler et se laisser achever sur ce forum. On voit qu'il y a une recherche de style et c'est bien, je crois pas que ce soit encore vraiment totalement abouti si on veut toucher la perfection (ce que j'appellerai n'est ce pas un "Excellent" qui vaudra 160 points) mais on en est pas loin stylistiquement. Pas loin pourquoi ? Parce que tu rentres dedans, que c'est fichtrement long et que pourtant je m'ennuie pas quand je te lis. Y a une efficacité et un soucis du détail pas trop minutieux qui me permettent d'apprécier ton RP. Au stade où t'en es je crois donc avoir le droit d'être suffisamment pointilleux pour d'une part te donner un conseil et relever même si ça te semble être rien des défauts que tu dois corriger. Pour commencer par les défauts, il y a (peu mais il y a) quelques fautes d'orthographes énervantes du type "J'aurai" au second paragraphe de ta description physique alors que c'est un conditionnel présent qui s'écrit donc "J'aurais" et pas un futur de l'indicatif qui se serait écrit "J'aurai". Ensuite, on rentre dans des défauts stylistiques que j'ai vu chez énormément de rôlistes, qui se glissent parfois également dans mes RPs mais comme je sens ce truc intéressant chez toi je le sanctionne, ça te fera les pieds et comme ça tu pourras accentuer la qualité la prochaine fois, c'est des lourdeurs qui sont mignonnes de prime abord mais en fait totalement consensuelles et à bannir. Je prends des exemples si tu le veux bien : "- Tu répondras au prénom de Keisuke et portera avec dignité ton nom, Omitsu, celui de notre famille." Je t'assure que ton lecteur sait que tu t'appelles Keisuke Omitsu, c'est bien de vouloir montrer que y a une forme d'honneur tout ça dans ton clan mais franchement moi si c'est pour me le présenter comme ça je m'en fous. T'aurais même pu penser à une intrigue autour du nom si tu voulais renforcer encore cette idée d'importance du nom en associant ton à la dignité d'un prénom et d'une famille etc... Ca c'est une première chose. La seconde est également peut-être triviale mais je la signale, c'est les intros de tes descriptions : Chut, ça aussi on s'en moque. Je te demande de me faire une description physique et mentale, pas de me raconter ta vie, je sais ce que tu cherches à faire et moi aussi j'ai longtemps tenté de le faire, mais mieux vaut ne pas tenter ce genre d'acrobaties stylistiques que d'avoir un résultat lourd et pas très entrainant au final. Je suis un petit peu long mais j'essaye vraiment non pas de te rabaisser mais de t'offrir quelques pistes de mon humble expérience pour que tu puisses vraiment passer un cran au dessus parce que je pense que t'as un potentiel d'écriture, au chapitre 3 de ton histoire, tout l'in medias res que tu crées dans notre rencontre avec Keisuke est merveilleusement bien géré et ça je tiens profondément à le souligner. Des bémols donc rattrapés par une qualité stylistique qui me donne le sourire alors je te donne un Très bien qui t'offre 140 points et très bien, c'est très bien.


   
LONGUEUR :

   6162 mots => x1.8

   Bonne longueur sans que je m'ennuie, je vois pas quoi demander de plus, bien joué.


   

   
ORTHOGRAPHE :

   Des fautes de conjugaison (Conditionnel/Futur de l'indicatif) et quelques fautes d'inattention qui font qu'en tant que membre du KGB de la langue française je sanctionne par un... Très bien qui te vaut unx1.6

   
BONUS :

   Jolie présentation avec laquelle j'ai eu un feeling, c'est un bonus de niveau 2 avec x1.5

   
140  X 1.8 X 1.6 X 1.5

   Tu gagnes donc 604.8 points d'expérience.
   
Félicitations.

   
Passons à la réputation :

   
Je recense ici les actes positifs notables :

   • Epargner la vie de Bunta => 40 points.
   • Meurtre de pirates => 60 points.
   
   Réputation Positive : 100 points

   Et je recense ici les actes négatifs notables :

   1) Ingestion et Vol du Gura Gura no Mi => 70 points.
   2) Meurtre de pirates => 65 points. (Quand même ça fait peur de miamer le Gura Gura et de tuer des gens)e
   3) Exil de la Meute => 55 points. (Vis à vis de la meute + Population qui peut légitimement se demander ce qu'il va advenir d'un loup solitaire)
   

   Réputation Négative : 190 points

   Prime de départ : 4.750.000 B
   

_____________________________________________________________________________

Maintenant, c'est l'heure du Test RP pour le Gura Gura no Mi :

Citation :
Tu es en mer, ça y est, tu es pirate. Tu es seul ou accompagné, à toi de voir peu nous importe. Ce que nous voulons voir, c'est un affrontement entre toi et des pirates que tu massacreras à l'aide de ton fruit avec la maîtrise que tu auras du fruit irp.


__________________________________________________



Dernière édition par Shiragiku Hakujou le Jeu 19 Juin - 21:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invitéavatar


Mar 10 Juin - 21:21
Merci beaucoup pour toutes ces remarques constructives qui me font chaud au coeur. J'essaierai de les prendre en compte lors de mes futurs RP afin de m'améliorer. Je suis là pour ça .... et pour m'amuser (Have Fun) !

_________________________TEST RP [FINI]_________________________

Un Vaisseau Pirate,
devenu une nouvelle épave


Le soleil était déjà haut et la température avait dépassé les 30°C. La chaleur faisait chauffer l'eau salée de la mer qui dégageait une odeur qui devenue vite familière à Keisuke. Il n'y avait aucun bruit, mise-à-part celui de la houle qui faisait tanguer l'embarcation de fortune du jeune homme. Cela faisait plusieurs mois qu'il avait été chassé de son clan, ainsi que plusieurs jours qu'il voyageait sur sa barque, ramant contre vent et marée et se nourrissant quasiment que de pommes, qu'il avait volé à un marchant lors de sa dernière escapade sur une petite île dont il était parti en quatrième vitesse. Il s'entraînait à la maîtrise du gura gura no mi, et avait accidentellement détruit plusieurs maisons. La marine, bizarrement, l'avait mal prit et l'avait pourchassé à travers la ville entière.
Sur son embarcation, il comblait sa soif grâce à l'eau de mer, qu'il filtrait à l'aide d'un bout de tissu. Même filtrée, elle restait salée et nourrissait cette envie de vider un étang d'eau douce. Plus le temps passait, plus la chaleur se faisait pesante. Moitié nu sur sa barque, il avait fait tomber sa veste ainsi que son tee-shirt et rangé soigneusement ses bottes sous la planche en bois servant de siège où il s'asseyait pour ramer avec le seul espoir de voir une terre où accoster.

Alors qu'il avait abandonné l'idée de ramer sans but, préférant s'allonger dans toute la longueur de la barque, cachant quelques parties de son corps grâce aux planches sous lesquelles ils s'étaient glissés, un bruit métallique frappa contre sa barque. Surpris, il tenta de se lever, mais la barque accéléra en un instant, le faisant basculer en arrière et retomber dans le fond de la barque. Il remarqua le grappin accroché à l'avant de son embarcation, relié à un vaisseau de taille moyenne. Le pavillon noir, sur lequel une tête de mort avec deux cornes diaboliques ainsi que du sang coulant de sa bouche, indiquait clairement qu'il s'agissait de pirates. Plus la barque était remorquée, plus il lui devenait facile d'apercevoir les hommes qui se tenaient debout le long du pont, regardant dans la direction du loup renégat, tendis que d'autre, à la force de leurs bras, tiraient sur la large corde qui reliait le vaisseau à la barque. Un homme, sûrement le capitaine puisque tous les moussaillons reculèrent lorsque celui-ci s'avança, jeta un oeil cupide sur la barque et cria à plein poumon :

« Oh ! P'tit ! Que fais-tu seul sur la mer ? N'as-tu-pas peur des monstres marins ou encore de tomber sur une bande de pirates qui te dépouilleront des pieds à la tête ? »

Un flot de rires à la fois grave et strident prit place sur le vaisseau pirate. Notre jeune loup se serait cru dans la savane, face à une bande de hyènes hystériques, toutes plus stupides les unes que les autres. Il en fallait peu pour les faire rire, aussi peu que Kei tenta sa chance après avoir remis ses chaussures ainsi que son tee-shirt et sa longue veste blanche :

« Désolé l'ami, mais comme tu peux le voir, j'ai pour vaisseau une simple barque abîmée par ton grappin et la houle, ainsi qu'un sac de pommes bien vertes représentant les seules vivres que je possède. Oh que je suis impolis, prend donc une pomme et donne-moi ton hospitalité en échange. »

Bizarrement personne ne rigola cette fois-ci. La plupart de l'équipage était choquée, angoissé et terrifié. Du moins c'est ce qu'on pouvait lire sur leur visage pétrifié par la peur et leur regard figé sur leur capitaine qui grinça des dents. Il sera le poing et sembla vouloir l'abattre contre le rebord du navire, mais il ouvra la main et me fit signe de monter avec un rire moqueur suivi des rires de ses subordonnées mal alaises :

« Tu as du cran p'tit ! Tu peux monter gamin !» il se retourna vers son équipage et leur cria dessus « Envoyez lui une échelle ! Il ne va pas voler jusque là ! »

Voler ? Quelle drôle d'idée. Keisuke ne vole pas, mais il possède un sens de l'équilibre prodigieux ainsi qu'une rapidité hors norme. Il n'avait pas besoin d'échelle pour grimper sur le navire, le cordage reliant sa barque au vaisseau pirate lui suffisait. Le capitaine n'avait pas encore tourné la tête que le loup renégat était déjà à ses côtés, adossé contre le bord du navire :

« Beau navire. On ne peut pas en dire autant de ceux qu'il transporte. »

Le capitaine tourna la tête vers le jeune homme qui scannait de long en large le bateau et son équipage. La surprise se lisait sur son visage, il n'avait pas remarqué que le jeune homme était déjà sur son navire. Notre jeune renégat avait eu le temps de compter approximativement le nombre de pirate sur le navire. Du matelot dormant contre l'un des mats jusqu'au navigateur restant concentré sur sa direction. Il compta un peu plus d'une vingtaine de pirates sur le pont et remarque deux trappes au sol. L'une était grande ouverte, certains pirates en sortaient, d'autres y rentraient. Sûrement les dortoirs pensa Keisuke. Mais son attention fût maintenue prisonnière par la seconde trappe scellé par un énorme cadenas ainsi que gardée par deux hommes armés jusqu'aux dents. Tellement plongé dans ses pensées que le renégat n'écoutait même plus ce que lui racontait le vieux barbu qui servait de capitaine :

« Alors ? Quand dis-tu ? »
« Euh oui pourquoi pas. » répondit Keisuke sans savoir à quoi il répondait.
« Très bien ! Tu fais donc partie des Devils Killers ! »

Le jeune loup abasourdit, manqua de peu de s'étouffer avec sa propre salive. Sans même avoir le temps de se corriger, une foule l'attrapa et l'embarqua à l'intérieur du navire. On le déposa sur un tabouret autour d'une grande table, des pintes de bières apparurent de nulle part. Un groupe de musicien placé sur un échafaudage bancale commença à jouer. Les heures passèrent et s'éternisèrent, et notre jeune homme ne touchait pas aux verres qu'on lui proposait, surtout par méfiance. Il repensait encore à cette trappe condamnée que tout le monde évitait. Après avoir retrouvé le capitaine, il lui demanda un entretien pour éclaircir ce mystère. Ils prirent une petite porte qui donnait accès sur un petit bureau juste assez grand pour y accueillir deux ou trois personnes :

« Éclaires moi sur un doute, que caches-tu derrière la trappe scellée et gardé ? »

Le vieil homme rougit, à moins qu'il l'était déjà à cause de l'alcool, mais une chose est sûre, son visage se durcit. Il frappa à plein poing sur son bureau et hurla sur le jeune homme :

« Ce ne sont pas tes affaires ! Personne, à part moi n'a le droit d'y rentrer ! Personne ne peut y accéder, je suis le seul à détenir les clefs. Et à moins que tu possèdes une force surhumaine, tu ne pourras pas briser le verrou. Enfin ! Retournons à la fête !»

Il tenta de se lever une première fois, mais retomba lourdement dans son fauteuil, la seconde fois il réussit, mais trébucha contre sa propre jambe et se rattrapa contre la porte avant de repartir au coeur de la fête. Que pouvait-il cacher dans la soute ? Keisuke avait bien l'intention de le découvrir.
Alors que le vaisseau était à l'arrêt, que la totalité de l'équipage était trop occupée à boire, chanter, danser, jouer à des jeux de cartes où ils misaient leur argent personnel, Keisuke quitta l'endroit festif pour rejoindre le pont sans se faire remarquer. Le soleil avait entamé sa chute laissant place à une étendue d'or, vibrant au gré des vagues. Les deux gardent n'avait pas prit part à la fête. Ils étaient toujours à leur place, bavardant sobrement comparé au reste de l'équipage qui semblait ivre mort. Keisuke se mit à marcher en zigzag vers les deux gardes. Chantonnant et dansant maladroitement pour donner l'illusion d'une ivresse conséquente :

« Ahah ! Regarde le p'tit nouveau. Il est beau dans cet état ! » dit l'un des gardes à son compagnon.
« Le pauvre, s'il savait ce qu'il allait se faire dépouiller et jeter nu dans l'eau glacial! » souffla un peu trop fortement l'autre.

Keisuke, arrivé à un pas des deux lança sa tête en arrière, effectuant une contorsion qui fit rire les deux gardes. Des rires qui disparurent lorsque leur visage fit attrapé par les mains du jeune renégat :

« Me dépouiller ? Ne me faites pas rire. »

Une aura blanche entoura les mains du jeune renégat ainsi que la tête des deux gardes. Leur tête vibra légèrement avant que leur casque n'explose en miettes et que leur visage se déforme et laisse le sang jaillir de leur bouche. Kei essuya ses mains sur la veste de l'un des gardes inanimés. Il s'abaissa et prit le cadenas dans le creux de sa main qu'il fit exploser grâce à son pouvoir. Il commença à descendre les escaliers menant dans une pénombre quasiment totale. Seul quelques trous dans les murs et le plafond donnaient un minimum de luminosité à certains endroits. Tendis qu'il marcha, son pied heurta quelque chose qui émit un léger gémissement :

« Ne me torturez-pas s'il vous plaît ! J'ai été sage ! Je n'ai pas criée aujourd'hui ! Ni pleurée, je le jure ! Regardez mes yeux, ils ne sont pas mouillés ! Donnez-moi à manger je vous en supplie ! »

La voix était douce et légèrement aiguë mais parasitée par la souffrance, la faim et la peur. Il s'agissait d'un enfant, une fille à coup sûr. Il était impossible de voir clairement son visage, seulement une silhouette maigre aux cheveux longs, attachés aux poignées ainsi qu'aux chevilles par des chaînes, était distincte. Sans savoir pourquoi elle était attachée, ni même qui elle était, Keisuke brisa les liens qui l'entravaient et pour les mêmes raisons, la fillette le suivie. Lorsqu'ils sortirent de la cave obscure, le renégat ramassa la cape d'un des gardes et la passa sur la petite fille, cachant son visage ainsi que son corps. Une belle fillette aux cheveux bruns, avec de magnifiques yeux bleues et la peau sur les os, qui avait pour seul habit une robe blanche tâchée de sang et déchirée à plusieurs endroits. Elle devait avoir treize ans ou peut-être quatorze. Les courbes de son corps commençait tout juste à apparaître tout comme sa faible poitrine :

« Tu dois avoir faim, suis-moi. » dit le jeune renégat d'une voix paisible inspirant la confiance en tendant la main à la jeune fillette.

La fillette devenue muette attrapa timidement la main de Keisuke et le suivit avec peur à l'endroit où se déroulait la fête. Lorsque la petite fille vit la bande de pirates qui la maltraitait, elle fût prit d'une panique sans nom, griffant et repoussant à coup de pied le jeune renégat qui la tenait pas la main. Il se baissa à sa hauteur pour la regarder droit dans les yeux et lui lança un large sourire.

« Fais-moi confiance. Je ne les laisserait pas te toucher. »

Ils se dirigèrent discrètement vers les cuisines à l'arrière du bar. La pièce était plutôt grande et assez mal équipée, mais il y avait le minimum pour pouvoir cuisiner. Keisuke ouvra le frigo et y trouva de la viande de boeuf ainsi que quelques légumes et d'autres aliments. Après s'être lavé les mains, il saisit les couteaux traînant sur le poste de travail. Commença alors une danse de lames fluides, des gestes rapides et précis devant les yeux ébahis de la jeune fille. Cuisiner rappelait au renégat ces rares journées où il pouvait cuisiner avec sa mère en attendant le retour de mission de son père. Il avait vite développé un plaisir et une passion certaine pour la cuisine qui se faisait ressentir dans les plats qu'il préparait. L'odeur de la viande braisée se diffusa dans la cuisine, mettant l'eau à la bouche de la jeune fille. Lorsqu'il poussa l'assiette alléchante devant la fillette, celle-ci versa une larme qu'elle essuya aussitôt avant de prendre une posture droite, pleine de dignité et commença à manger rapidement avec ses couverts.

« Comment t'appelles-tu ? » dit Keisuke avec un sourire ravi devant la fillette qui se régalait.

Elle avala le contenu de sa bouche et essuya délicatement ses lèvres couvertes de sauces avec beaucoup de grâce avant de répondre.

« Chiori » dit timidement la jeune fille.
« Moi c'est Keisuke, mais appelles moi Kei. Et que fais-tu sur ce navire ? »

La fillette sera les poings de dégoût et de colère, comme-ci son esprit se remplissait d'images traumatisantes. Elle eut du mal à répondre. Sa voix était faible et tremblante :

« Ils m'ont kidnappé ... pour toucher une rançon. »
« Une rançon ? » reprit étonné le renégat.
« Oui, je suis la fille héritière d'une famille noble. La somme qu'ils peuvent tirer de moi est colossale, mais ils en veulent toujours plus, c'est pour ça qu'ils me gardent prisonnière. »

Mais leur discussion fût interrompue par un homme cherchant lui aussi de quoi se mettre sous la dent. Et dès que son regard croisa celui de la fillette, l'homme cria à l'aide pendant que la fillette se figea de peur. Son corps entier trembla et ses yeux étaient devenues vide de pensées l'espace d'un instant. Keisuke réagit rapidement, attrapa la fillette et sortit par une porte arrière qui menait à l'air libre. Traînant la fillette par le bras en s'assurant de ne pas la blesser, ils rejoignirent le pont du navire qui était déjà plein de pirate. Ils se figèrent tous les deux, cherchant un endroit où fuir. En temps normal le renégat aurait pus les éliminés en moins de deux secondes, mais s'il usait de son pouvoir sur le navire il risquait de le couler et eux avec. Le vieux barbu s'avança, ayant retrouvé de ses esprits.

« Il me semble t'avoir dit de ne pas aller dans la soute. Je comptais de jeter à la mer sans vivre dans ta barque, mais maintenant tu vas mourir. À un contre trente, avec une gamine en plus, comment comptes-tu t'en sortir. »
« En vous tuant tous ? N'est-ce pas la solution la plus facile ? » dit le renégat en se moquant.

Vexé, le pirate lança son équipage sur le renégat. Keisuke fit reculer de quelques pas la fillette pour éviter qu'elle ne se fasse blesser. La première vague de pirates arriva, ils étaient cinq. Le premier à arriver au corps à corps se retrouva le bras cassé lorsque Keisuke para son coup de poing et lui brisa le bras en un coup de coude. Le second et le troisième tentèrent une attaque synchronisée de chaque côté, mais Keisuke était bien rapide, il esquiva les deux coups en se baissant et coupa la respiration des deux hommes en deux coups de poing dans le bas du ventre. Les deux hommes tombèrent au sol dans l'incapacité de respirer. Le quatrième attaque au sabre horizontalement, la lame se retrouva bloquée entre deux doigts. Un sourire s'afficha sur le visage du renégat qui brisa la lame grâce à son pouvoir et envoya valser le pirate à la mer en additionnant son coup de pied à son fruit du démon. Le cinquième tira au canon droit sur le renégat. Kei donna un coup de poing devant lui, fissurant l'air ambiant et brisant le projectile à deux mètres de distance.

« Un mangeur de fruit du démon ! Abattez-le ! »

La deuxième et dernière vague, comportant la totalité de l'équipage, fonça sur le renégat. Le renégat prit une position de garde devant la fillette. Il commença alors une danse endiablée, passant d'ennemi en ennemi, leur tordant tantôt le cou, leur cassant un ou deux membres ainsi que briser leur corps entier en les soumettant à la puissance du gura gura no mi. Mais le nombre d'adversaires était assez important, et utiliser son aptitude lui demandait beaucoup d'énergie. Énergie qui quittait rapidement son corps. Il lui fallait terminer au plus vite l'affrontement. Kei se retourna et mit la fillette sur ses épaules puis adressa un salut de la main au capitaine avant de sauter sur le rebord du navire, courant sur la charpente, esquivant coups d'épée et balles de justesse. Il réussit à voler un sabre à l'un des pirates, et sauta sur une corde, la coupant et s'en servant de liane pour rejoindre sa barque. Son poids plus celui de la fillette, arrivant lourdement sur la barque, faillit la faire retourner. Le renégat coupa le cordage qui reliait son embarcation au vaisseau pirate. Une balle blessa sa joue, laissant une coupure nette sur celle-ci. Les yeux du renégat se remplirent de colère et son regard devenu celui de l'assassin qu'il était. Il prit une position stable, sera le poing et l'arma en arrière. Lorsque le poing partie en direction du navire, l'air se brisa en une faille blanche laissant un son strident s'échapper. Le navire pirate fût brisé en deux dans une explosion sans feu, faisant voler plusieurs pirates par-dessus bord, tendit que les autres sombraient avec leur vaisseau. La fillette admirait l'épave sombrer dans les profondeurs de la mer, avec une joie certaine, tendis que le renégat tombait contre le plancher, exténué par le combat.

« Ahahah, je ne le maîtrise pas encore tout à fait. Il me fatigue un peu. » ironisa Keisuke qui avait du mal à reprendre son souffle.
« Merci monsieur Kei, je ne sais pas ce que je serais devenue sans vous. »
« Ta ville ? C'est par où ? »

Ainsi Keisuke raccompagna la fillette chez elle. Heureusement que Chiori était meilleure navigatrice que le renégat, sinon ils n'auraient jamais quitté l'océan. Arrivant à bon port, Chiori remercia une dernière fois le jeune homme, lui déposant un baiser sur la joue qui le fit grimacer joyeusement. Chiori lui confia un secret avant de lui dire en revoir :

« Monsieur Kei, je veux devenir la plus grande amirale ! Pour arrêter tous les pirates et devenir aussi forte que toi ! » dit la fillette pleine de conviction et d'espoir.
« C'est un beau rêve. J'aurai peut-être l'honneur de te combattre alors, car je deviendrais l'un des plus grands noms de ce monde. » dit Keisuke en frottant la tête de la jeune fille.

Ainsi les deux amis d'un jour partirent chacun de son côté.

Revenir en haut Aller en bas
Shiragiku Hakujou
• ADMINISTRATEUR • † Le Chrysanthème Blanc

• ADMINISTRATEUR •
† Le Chrysanthème Blanc
» Messages :
95

avatar


Mer 11 Juin - 12:41
Super, je te valide.

Bon rp, trame bien gérée, deux écueils, quelques fautes d'inattention (toujours ^^) et des redondances un peu lourdes sur le mot "renégat" qui au bout de la 20ème fois commence à nous pousser à nous demander si tu vas oser le réutiliser... Mais c'est cool. Profite de ton fruit, j'ai vu ce que j'avais à voir.

Je laisse un collègue administrateur te mettre ta couleur

__________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

Keisuke Omitsu, le Loup Renégat [FINIE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cormak - Jeune - Pris
» Guide du loup Renégat
» L'agneau et le Loup, Entrevue Secrète [PV Karin x Keisuke : Hentaï]
» Loup y es-tu? (Mission Rang C, Solo, Finie)
» Préval Acte II; par Jean Erich René !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AAA ::  :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Présentations Validées-