Partagez | 
 

 Vols sous surveillance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ollikut Dia
« Révolutionnaire »

« Révolutionnaire »
» Messages :
94

avatar


Mar 1 Juil - 10:23
Je m'installais à Dawn sur ordre du QG, dans un petit appartement au centre de la ville. J'avais pour mission la surveillance des nobles de la ville. Je me promenais donc dans la ville à l'écoute des rumeurs et des nouvelles. J'attendais aussi un ordre de mission. Je le découvris peu après quand un courtier me l'apporta un matin. Le courtier au visage caché me remit la précieuse enveloppe et repartit aussitôt sans aucune attente de remerciement. J'ouvris la lettre. Je vis juste cette phrase noir sur blanc : " CINQ MILLIONS AU PLUS VITE". Je brûlais ensuite le papier ordonnateur pour ne pas prendre le risque de me faire repérer. Je m'asseyais dans mon siège pour réfléchir à une solution. Cinq millions, une somme pas si importante que cela dans le fond mais comment l'obtenir? telle était la question.

Tranquillement dans mon fauteuil, je pensai aux différentes opportunités : en premier lieu je pensais à travailler mais cela prendrait bien trop de temps et ne serait pas rentable. Il y avait aussi la possibilité de voler cette somme, bien meilleure hypothèse. Voler l'argent donc, mais à qui? Les nobles faisaient une cible parfaite, seulement impossible de les atteindre, à moins d'entrer par effraction dans leur quartier. Et puis, il fallait trouvé quel noble aurait ces cinq millions. Je décidai de réfléchir au moyen d'obtenir les cinq millions en faisant une de mes sorties quotidiennes de surveillance

Comme d'habitude je commençai par faire le tour des quartiers "peu fréquentables" d'ordinaire mais qui sont un paradis pour un homme discret à l'écoute de toute information et surtout en quête d'argent. Je ne découvris rien cette fois. Seuls quelques bandits à détrousser, ils avaient une somme coquette : cent mille berrys qui finie sa course dans ma poche et un insignifiant trafiquant de drogue. Je dépouillais le dealeur avant de revendre sa misérable prime aux autorités de la ville. je peux affirmer que le travail de surveillance n'est pas toujours très mouvementé, souvent rien n'apparaît mais quand l'occasion se présente, il ne faut pas hésiter. Je continuai par le centre-ville où beaucoup de travailleurs s'affairent à leur boutique. Ce remue-ménage est très propice aux informations diverses et aux passages des nobles de la ville qui, reclus dans leur quartier ne sortent pratiquement pas.

Là, dans ce lieu central du commerce de l'île, marchands, acheteurs, particuliers et marins échangent leurs marchandises, leurs services et leurs monnaies. J'aime beaucoup cette endroit car il permet de dérober aisément la bourse d'un riche personnage venant faire le badaud. Un petit couteau à la main, je récupérai quelque bourses avant de continuer.

Pour finir ma promenade, je fis le tour de la muraille défendant le quartier noble. Elle faisait cinq à six mètre de hauteur environ. En m'attardant, j'aperçus une petite prise, une simple pierre dépassant à peine du mur plat. Je jetai discrètement un petit caillou pour voir si la pierre était solide. Elle ne bougea pas, je pouvais donc m'en servir de points d'appui pour escalader la muraille. J'étais dans une simple ruelle, pas de commerce ni d'entrepôts, libre à moi de franchir la fortification en pleine nuit pour ne pas être repérer. Je savais maintenant où et comment entrer, il manquait Quand ? Et surtout pour voler quoi ?

La réponse à la première question viendrait ce soir en espionnant le rythme des patrouilles. La deuxième question était la plus délicate, trouver une cible. Quel est l'endroit rêvé pour obtenir des informations sur la noblesse? Une seule idée parvint à mon esprit : une taverne! J'allai sur le port pour entrer dans un de ces tripots quand je vis un pauvre mendiant au pas de la porte. Je lui donnai une des bourses dérobées le jour même avant d'entrer dans le bar. Il fit un signe de tête que j'interprétai comme un merci. A l'intérieur, il n'y avait qu'une vingtaine de clients. Je m'assis à une table où quelques hommes trinquaient à leur succès. Ils parlaient d'un important transfert de font entre un noble du nom de BEYLAN quinzième du nom et un marchand d'une autre île. La somme serait transporté dans un coffre fort par un capitaine de la Marine et une troupe de trente hommes. La somme serait actuellement à Goat dans un lieu sûr : la malle cadenassé de ce noble. « C'est ma chance ! me dis-je. » Il ne me reste plus que les patrouilles à surveiller pour pouvoir entrer et voler l'argent merveilleux de ce noble gâteux. Je devais trouver sa maison et la pièce qui lui servait de bureau. Je cherchais un serviteur de sa maison pour obtenir des précisions. Je trouvais le valet au pas de sa porte. Je lui posais mes quelques questions, ils y répondit rapidement mais cela me suffit pour savoir le lieu où se tenait ma cible : 3 rue du Maréchal OUTLOOK.

La nuit tombé, je me faufilais dans les ruelles vides jusqu'au rempart des nobles. Là, accoté à la muraille, je tendis l'oreille pour entendre passer la patrouille, je sus aux nombres de pas que les patrouilles comptaient trois soldats. Je regardais ma montre : 00.02, minuit passé, j'attendis le passage de la suivante. Elle passa quinze minutes plus tard à 00.17.

__________________________________________________



Dernière édition par Ollikut Dia le Ven 22 Aoû - 13:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ollikut Dia
« Révolutionnaire »

« Révolutionnaire »
» Messages :
94

avatar


Mar 1 Juil - 10:24
Le lendemain, tout était fin prêt pour infiltrer la noblesse de Dawn. J'attendis la nuit pour commencer mon périple chez les gens de la Haute. J'avais avec moi deux sabres en plus du mien, ils serviraient d'entrée et de sortie.  Au pieds de la muraille, à l'endroit repéré la veille, j'écoutais pour savoir quand passerait la patrouille. Une fois qu'elle fut passée, je plantais le premier sabre :

« Code Iota » résonna doucement le long du mur.

J'avais bondis à la hauteur de mon point d'appuis, je m'y agrippais et je repris mon souffle. Je fis ensuite un petit saut pour arriver sur le rempart. Je sautais de toit en toit pour me rendre au 3 rue du Maréchal OUTLOOK. Arrivé à destination, je jetais un dernier coup d’œil avant de m'introduire chez les BEYLAN. Je fis sauté le loquet de la fenêtre pour me faufilé dans le bureau. Je grattais une allumette pour voir à  quoi ressemblait l'endroit.

Il y avait dans la salle une grande armoire, une table centrale avec divers papiers, quelques chaises sur un tapis et une grande bibliothèque murale. Deux portes donnaient sur le reste de la demeure.
C était sans aucun doute le bureau, mais il me fallait maintenant trouver le coffre. Je passais ma main à taton sur le mur derrière le bureau quand un petit trou attira mon attention, je glissais mon doigt dedans et fis une légère pression. Une petite porte secrète s'ouvrit laissant apparaître le coffre. Je ne pouvais pas l'emporter, il était bien trop grand. J'utilisais donc une autre de mes techniques :

« Puissance Pi »murmurais-je.

La porte du coffre se fendit en deux, je posais délicatement la partie tranchée avant de remplir mon sac avec l'argent du coffre. J'inscrivais ensuite mes initiales dans la malle vide. Je sortais de la même façon que j'étais entré. Je remontais sur le toit et repartais tranquillement. Pour l'instant tout marchait sans problèmes. Je mettais le pied sur la muraille quand je fus découvert par une patrouille. De loin, ils firent feu, je sortais mon sabre pour exécuter ma technique de protection à distance : « Garde Gamma ». La troisième balle érafla mon bras droit d'une vilaine coupure.  Je me jetai ensuite au bas du rempart pour échapper aux tirs ennemis.

Arrivé en bas, je pris la fuite poursuivis par les gardes. Je courrais au travers les ruelles pour finalement m’engouffrer dans une impasse. Je signais le font de la ruelle de mes initiales avant de planté le second sabre et de m'en servir pour atteindre le toit de l'immeuble adjacent. Quand mes poursuivants arrivèrent, ils virent juste les initiales car j'avais déjà pris l'avance qu'il me fallait pour retourné à mon appartement et me couché dans mon lit.

Le jour suivant, je vérifiais mon butin, il y en avais pour quatre millions et sept cent mille berrys. Avec mes quelques rapines, j'avais la somme demandée. J'appelai le QG par escargophone  blanc :

«  Ollikut Dia. J'ai la somme demandée, passer la prendre au plus vite ».

Un courtier passa quelque jour plus tard pour récupéré l'argent, toujours la même discretion, pas de visage, ni de signe d' émotion.

__________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Vols sous surveillance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» Un temple sous terre [PV Kusari]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Les Quatres Océans :: East Blue :: Île de Dawn-